François-Noël Buffet: "Calais, c'est la révélation d'une panne politique"

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le Grand Invité

jeudi 15 septembre 2016 à 7h50

Durée émission : 15 min

Le Grand Invité

© JACQUES DEMARTHON AFP

Pour démanteler la jungle de Calais, le gouvernement prévoit un plan de répartition des migrants en régions. D'ici à la fin de l'année, 9000 places d’hébergement devront être créées.

Le gouvernement s'attaque au démantèlement total de la Jungle de Calais. Il prévoit pour cela un plan de répartition des personnes qui y vivaient jusqu'alors. Ce plan prévoit que les migrants soient répartis, en régions, dans des Centres d’accueil et d’orientation (CAO), où l’hébergement dure entre trois et six mois, ainsi qu’en Centres d’accueil pour demandeurs d’asile (CADA), une solution "pérenne avec une aide sociale et familiale".

A droite, plusieurs élus se sont opposés à ce plan. Comme par exemple le président de la région Auvergne Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez. En tout, 250 migrants seront accueillis dans le Rhône. Dans la région, il reste 1 405 places à trouver pour accueillir les personnes transférées depuis la jungle de Calais. 

Pour François-Noël Buffet, maire d’Oullins, dans le Rhône et sénateur Les Républicains, "la difficulté est moins de savoir comment il faut répartir par régions, on sait qu’il y a un problème majeur à Calais, que de constater que l’on a laissé perdurer depuis de nombreux mois une situation."

Pour le rapporteur des sujets immigration chez Les Républicains, il faut se donner les moyens d’agir. "Cela passe par une présence physique importante des services de l’Etat, sur les lieux. A la fois nos services de police, mais aussi nos services administratifs qui traitent les demandes d’asile. Il faut être sur place tout le temps" ajoute-t-il. 

En accueillant ces réfugiés dans des régions françaises, 80 personnes par département, François-Noël Buffet estime que l’on ne traite pas le problème de fond. "En volume, ça se fera, mais la solution proposée est le résultat d’une mauvaise gestion du dossier depuis de nombreux mois."

Le sénateur Les Républicains estime en outre que la Grande-Bretagne a un rôle à jouer dans le dossier de Calais, et qu’il est nécessaire de renégocier les accords du Touquet signés en 2003, entre la France et le Royaum-Uni, dans un contexte de crise à Sangatte. "Les Britanniques ne peuvent pas rester dans cette posture de blocage total. Il faut que le gouvernement français mette la pression pour débloquer la situation" précise-t-il.

"Entre les mots et les principes, il n’y a pas d’acte et de réalité" conclut François-Noël Buffet, qui regrette la panne politique sur le dossier des migrants, et de Calais. 

 

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 8h10

Chaque matin, Stéphanie Gallet reçoit une personnalité au cœur de l’actualité nationale ou internationale. Décryptage singulier de notre monde et de ses enjeux, mais aussi découverte d’un parcours, d’un engagement. Au cœur de la grande session d’information du matin, une rencontre quotidienne pour prendre de la hauteur avec bienveillance et pour donner du sens à l’information.  

Le présentateur

François Ballarin