Fresnes : la contrôleure générale dénonce l’état lamentable de la prison

15 décembre 2016 Par

Une illustration de la situation carcérale déplorable de la France. A Fresnes, la contrôleure générale des prisons a dénoncé un traitement inhumain et dégradant.

La situation des prisons françaises n’est pas reluisante, mais celle de la maison d’arrêt de Fresnes, dans le Val-de-Marne, a visiblement tapé dans l’œil de la contrôleur générale des lieux de privation de liberté (CGLPL), Adeline Hazan. Cette dernière a diligenté, durant deux semaines, une inspection de l’une des plus célèbres prisons françaises, et en dresse un tableau très sombre.

Surpopulation carcérale, sous-effectifs de surveillants, rats, punaises de lit, violence, gestion contestable, les griefs relevés par les inspecteurs d’Adeline Hazan sont légion. Dans une recommandation publiée au Journal officiel en urgence, le CGLPL dresse un bilan très noir des conditions d’hébergements des prisonniers, et de la gestion de Fresnes par l’administration carcérale.

Les contrôleurs dénoncent au vitriol d’importants dysfonctionnements révélant un traitement inhumain et dégradant des prisonniers. On est encore loin de Guantanamo ou des prisions du régime syrien, mais dans le « pays des droits de l’homme », de telles observations font évidemment tâche. Selon les contrôleurs, la situation de la prison de Fresnes se serait vivement dégradée depuis 2012, date de la dernière inspection.

Une situation que le CGLPL met sur le compte de l’augmentation, de 52 % en dix ans, du nombre de détenus sans toutefois que les locaux ne soient améliorés pour y faire face, sur la surpopulation (188 %) de la maison d’arrêt qui fait qu’aujourd’hui seulement 13 % des détenus de Fresnes sont seuls dans leur cellule. Des cellules le plus souvent partagées entre trois personnes, qui doivent vivre ainsi dans 6m2.

Adeline Hazan préconise d’en finir définitivement avec les encellulements à trois alors que le ministre de la Justice, qui lui a répondu, a préféré mettre en avant les efforts déjà réalisés pour améliorer les conditions de vie des détenus : remplacement du mobilier, acquisition de nettoyeurs haute pression, rénovation des parloirs, tout en rappelant son engagement de construire de nouvelles prisons.