Grand Débat national : programmation spéciale

© Unsplash - Du 28 janvier au 3 février 2019, RCF vous propose une programmation spéciale

Ce dimanche 3 février à 20h, RCF vous propose une émission spéciale consacrée aux thèmes abordés lors du Grand Débat national. Faites-nous part de vos propositions concrètes!

Les lundis du Temps de le dire

Vous le retrouvez tous les jours en direct à 9h : du 28 janvier au 18 février 2019, Antoine Bellier vous propose d'évoquer les quatre thèmes principaux du Grand Débat national au cours de quatre émissions du Temps de le dire.

- Lundi 28 janvier : Quelle transition écologique ? ► PODCAST / RÉÉCOUTE
- Lundi 4 février : Les enjeux d'une fiscalité juste  ► PODCAST / RÉÉCOUTE
- Lundi 11 février : L'organisation de l'État et des services publics ► PODCAST / RÉÉCOUTE
- Lundi 18 février : Démocratie et citoyenneté ► PODCAST / RÉÉCOUTE​

 

PARTICIPEZ AUX ÉMISSIONS ! Faites-nous part de vos propositions au 04 72 38 20 23 ou écrivez à letempsdeledire[arobase]rcf.fr

 

Émission spéciale Grand Débat national ► PODCAST / RÉÉCOUTE

Dimanche 3 février vous avez la parole sur RCF ! Transition écologique, fiscalité et dépenses publiques, organisation de l'État et des services publics, démocratie et citoyenneté. Faites-nous part de vos propositions concrètes ! Dites-nous aussi comment selon vous le dialogue peut se vivre, comment il est parfois difficile et quelles sont les clés pour un vrai dialogue.

20h-20h30 : qu'est-ce que dialoguer ? quelles sont les conditions nécessaires à un vrai dialogue ? Quelles expériences de dialogue avez-vous vécues (réussies ou non) dans le cadre du Grand débat mais aussi en d'autres occasions ?
20h30-20h50 : vos propositions et réflexions sur la transition écologique
20h50-21h10 : vos propositions et réflexions sur la fiscalité et les dépenses publiques
21h10-21h30 : vos propositions et réflexions sur l'organisation de l'Etat et les services publics
21h30-21h50 : vos propositions et réflexions sur la démocratie et la citoyenneté

 

PARTICIPEZ AUX ÉMISSIONS ! Faites-nous part de vos propositions au 04 72 38 20 23 ou écrivez à emissionspeciale[arobase]rcf.fr

 

Grand débat national : vous avez la parole sur RCF !

Grand débat national : vous avez la parole sur RCF !

Transition écologique, fiscalité et dépenses publiques, organisation de l'État et des services publics, démocratie et citoyenneté. Faites-nous part de vos propositions concrètes !

GRAND DÉBAT NATIONAL - RCF vous propose une programmation spéciale consacrée aux thèmes abordés lors du Grand Débat national. Transition écologique, fiscalité, organisation de l'État et des services publics, démocratie et citoyenneté... Participez aux émissions !
> En savoir plus

 

00:00

00:00

[Grand Débat national] Transition écologique, par où commencer?

[Grand Débat national] Transition écologique, par où commencer?

Qui doit financer la transition écologique ? A-t-on raison d'opposer justice sociale et respect de l'environnement ? Et si c'était tout un modèle de société qu'il faut changer ?

GRAND DÉBAT NATIONAL - du 28 janvier au 18 février 2019, Antoine Bellier vous propose d'évoquer les quatre thèmes principaux du Grand Débat national au cours de quatre émissions du Temps de le dire.
- Lundi 28 janvier : Quelle transition écologique ?
- Lundi 4 février : La fiscalité
- Lundi 11 février : L'organisation de l'État
- Lundi 18 février : Démocratie et citoyenneté
> En savoir plus

 

Le Grand Débat national a été officiellement lancé le 15 janvier 2019. Antoine Bellier vous propose d'aborder chacune des grandes thématiques choisies pour ces débats : aujourd'hui, la transition écologique. Dans ce domaine, les imprécations politiques sont nombreuses et les promesses souvent généreuses. Au-delà des mots, que faut-il mettre en place pour passer à l’action ?
 

"On continue à présenter dichotomie entre justice sociale et enjeux environnementaux, alors que cette crise permet de montrer que les choses vont ensemble"

 

Écologie : il y a urgence

"Aujourd’hui personne ne conteste l’impérieuse nécessité d’agir vite. Plus nous tardons à nous remettre en cause, plus ces transformations seront douloureuses." C’est ce qu’a écrit le président de la République dans sa Lettre adressée à tous les Français. S'il est communément admis que la transition écologique est une priorité, reste que le sujet est vaste. Fiscalité, mobilités, habitat, énergie... par où commence-t-on ? 
 

Faut-il opposer transition écologique et justice sociale ? 

"On continue à présenter dichotomie entre justice sociale et enjeux environnementaux, observe Marine Lamoureux, alors que cette crise permet de montrer que les choses vont ensemble." De manière significative, la vice-présidente de la Fabrique écologique, Lucile Schmid, observe que sur le site internet du Grand Débat les fiches "Fiscalité" ou "Transition écologique" ne sont pas reliées entre elles : à l'inverse, les propositions citoyennes montrent que la transition écologique est perçue comme un tout. "Du côté de la technocratie, ou de la politique, il reste dans l'idée que c'est un financement supplémentaire."

 



 

Le modèle économique : QUI DOIT FINANCER LA TRANSITION ÉCOLOGIQUE ? 

Qui doit payer ? "Tout le monde", répond Lucile Schmid et d'abord "les finances publiques : en faisant attention à ne pas créer de nouvelles inégalités fiscales". Rappelons que c'est de cette crainte qu'est né le mouvement des "Gilets jaunes". Sur le site du Grand Débat, on peut lire un avis partagé : ceux qui doivent payer ce sont aussi les grands pollueurs, et notamment les entreprises.

Dans son ouvrage "Écologie intégrale - Le manifeste" (éd. du Rocher), Delphine Batho émet des réserves quant au terme de "transition écologique" : un terme qui "décrit un état stationnaire entre deux situations et ne dit pas le but à atteindre : celui de l'écologie intégrale d'une civilisaiton qui restpecte les limites planétaires".

 

[Grand Débat national] Les enjeux d'une fiscalité juste

[Grand Débat national] Les enjeux d'une fiscalité juste

Sujet phare du Grand Débat national, la fiscalité concentre beaucoup d'attentes chez ceux qui s'estiment trop taxés: comment penser un système d'imposition plus égalitaire et moins complexe?

GRAND DÉBAT NATIONAL - Du 28 janvier au 18 février 2019, Antoine Bellier vous propose d'évoquer les quatre thèmes principaux du Grand Débat national au cours de quatre émissions du Temps de le dire.
- Lundi 28 janvier : Quelle transition écologique ?
- Lundi 4 février : La fiscalité
- Lundi 11 février : L'organisation de l'État
- Lundi 18 février : Démocratie et citoyenneté
> En savoir plus

 

Pour plus d'un Français sur deux il s’agit du thème prioritaire du Grand Débat. Sachant que notre pays détient le record d'impôt en Europe et que notre système fiscal est souvent très complexe, comment, au-delà du ras-le-bol fiscal exprimé ici et là, peut-on rendre ce système plus juste ? Si la colère des "gilets jaunes" est partie d'une question fiscale, cela est, selon Mathieu Castagnet, révélateur d'un "malaise".

Le système fiscal français est si complexe qu'il paraît opaque : ce qui nourrit la suspicion

 

"pognon de dingue" et solidarité

Selon un sondage, en effet, 67% des Français* jugent le montant des impôts "excessif". Or s'il est élevé, c'est que notre système d'imposition finance un système de protection sociale "qui est plutôt plus généreux que la moyenne, notamment en matière de retraite et qui est aussi plus coûteux que la moyenne en terme de santé", rappelle Mathieu Castagnet. "La santé en France coûte moins cher qu'aux États-Unis et est beaucoup plus efficace", ajoute Daniel Verger.

En juin 2018, Emmanuel Macron parlait d'un "pognon de dingue" mis "dans les minima sociaux". Une formule qui a fait polémique. "C'est un choix qui correspond au modèle social français, qui est très apprécié par les personnes que nous rencontrons, les personnes en situation de précarité, explique Daniel Verger, mais qui est aussi très validé par l'ensemble des Français." Notre système d'imposition correspond à une certaine vision de la société et de la solidarité. 

Reste à savoir si le choix qui a été fait dans notre pays est toujours validé par les citoyens : sont-ils conscients du coût des services publics ? Le ras-le-bol fiscal est-il une remise en question de cette vision de la solidarité ? Ou bien s'agit-il de pointer du doigt ce qui est ressenti comme une inégale répartition des richesses ?
 

ras-le-bol fiscal et dégradation des services publics

Après l'exemple américain, on peut avancer l'exemple danois avec Céline Boyard. Un modèle où la pression fiscale est à peu près comparable à la nôtre et où "il y a une compréhension de la levée de l'impôt". "Et vis-à-vis de l'utilisation de cet argent, dans les pays nordiques on a quand même une certaine rigueur de l'utilisation des deniers publics et du gaspillage : on a beaucoup moins de scandales." 

Le système fiscal français est si complexe qu'il paraît opaque : ce qui nourrit la suspicion. "Notre système est devenu très difficilement lisible pour le commun des mortels : ça nourrit la suspicion, les gens ont le sentiment qu'eux paient trop et que le voisin ne paie pas son dû, selon Mathieu Castagnet, avec aussi le sentiment que l'argent n'est pas bien utilisé." Hôpital, enseignement... Il est fréquent de trouver dans les médias des exemples de la dégradation des services publics.
 

Repenser la protection sociale 

Le Secours Catholique, Aequitaz, la Fédération des Centres sociaux et le réseau des Accorderies ont constitué en 2015 le Collectif pour une protection sociale solidairedont l'objectif est de repenser le système de protection sociale en France. "Notre démarche est de partir de ce qu'en disent les personnes en situation de précarité." Il résulte que "les personnes en situation de précarité sont extrêmement demandeuses d'une protection sociale qui n'oublie personne". Et surtout qui soit adaptée "aux évolutions de la vie" : changements de situations, ruptures, emplois précaires... De plus en plus de parcours personnels et professionnels en effet ne sont pas linéaires.

 

* Selon un sondage Ipsos pour Le Monde sur "Le rapport des Français aux impôts et au système fiscal" - Novembre 2018

 

[Grand Débat national] Démocratie et citoyenneté

[Grand Débat national] Démocratie et citoyenneté

En parlant de démocratie et de citoyenneté nous interrogeons notamment l'idée de la représentativité démocratique, du fonctionnement de nos institutions et de la manière de les réformer.

GRAND DÉBAT NATIONAL - Du 28 janvier au 18 février 2019, Antoine Bellier vous propose d'évoquer les quatre thèmes principaux du Grand Débat national au cours de quatre émissions du Temps de le dire.
- Lundi 28 janvier : Quelle transition écologique ?
- Lundi 4 février : La fiscalité
- Lundi 11 février : L'organisation de l'État
- Lundi 18 février : Démocratie et citoyenneté
> En savoir plus

 

Grand Débat national, Les propositions de RCF

Après le défi de la transition écologiqueles questions autour des conditions d’une fiscalité juste et l'organisation de l'État et des services publicsnous abordons un quatrième thème parmi ceux proposés par l’exécutif pour le Grand Débat national : la démocratie et citoyenneté.
 

La représentation des citoyens en question

Un thème qui interroge le fonctionnement des institutions de notre Ve République, qui, semble-t-il, sont de plus en plus contestées, quand elles ne présentent pas des signes d’essoufflement. Pour répondre à cette défiance généralisée, il est nécessaire de se questionner sur une représentativité qui ne jouerait pas suffisamment son rôle, sur un système politique encore trop éloigné des réalités et trop peu efficace.
 

Sur le même thème :

Les dossiers RCF