Grippe aviaire: l’élevage de canards dans le sud-ouest y laisse des plumes

18 janvier 2016 Par

Pendant six mois, les élevages de canards du sud-ouest vont devoir geler leur production, pour mettre fin à la grippe aviaire.

La grippe aviaire frappe de nouveau, et cette fois, les pouvoirs publics prennent une mesure inédite et radicale. Le ministère de l’Agriculture vient de décider, en concertation toutefois avec la profession, de stopper l’élevage de canards et d’oies dans le Sud-Ouest, durant six mois, à compter de lundi prochain.

Cela fait deux mois que la France est victime de la grippe aviaire, plus précisément du virus H5N1, responsable de cette pathologie animale. La zone concernée par la mesure est vaste. Elle s’étend sur toute la région sud-ouest, et donc sur les départements du Tarn, de la Haute-Garonne, du Tarn-et-Garonne, de la Corrèze, de l’Aveyron, du Cantal et de l’Aude. En tout, ce sont 4 000 élevages qui sont concernés.

La filière aurait d’ailleurs préféré une telle mesure à un abattage en règle des six millions d’animaux actuellement "en production", jugée ingérable quant à la production et traumatisante pour les éleveurs. A compter de lundi prochain, plus aucun canard ni aucune oie ne sera ajouté aux productions existantes. Quant à ces dernières, elles finiront leur cycle normal et abattues durant les quatre prochains mois.

Un coup dur pour le secteur puisque cette affaire touche les ¾ de l’élevage  en France. Dans l’hexagone, la filière réalise chaque année 1,6 milliard d’euros de chiffre d’affaires. L’impact sera donc forcément non-négligeable. Du côté du ministère de l’Agriculture, on se veut rassurant. Cet épisode de grippe aviaire n’est pas plus violent que celui de 2008. Pour autant, force est de constater que le virus semble plus résistant. Pour l’instant, 69 foyers de grippe ont été découverts dans la région.

Témoignage d’Aubry Aubanel, éleveur de poulets fermiers en région lyonnaise :