Grippe aviaire : près d’un million de canards vont être abattus

6 janvier 2017 Par

La grippe aviaire continue de faire des ravages d’une année sur l’autre dans les élevages de canard en France. Pour faire face à la pandémie, une campagne d’abattage inédite a été déclarée.

L’abattage massif de canards élevés en plein air a débuté jeudi 5 janvier dans le Sud-Ouest. Dans 150 communes du Gers, des Landes et des Hautes-Pyrénées vont être abattus près d’un million de palmipèdes pour tenter de pallier à l’épidémie de grippe aviaire qui sévit dans les élevages. Une mesure radicale qui a évidemment déclenché la colère et l’inquiétude des agriculteurs, ayant déjà payé un lourd tribut en 2016.

Cette campagne ne concerne que les canards élevés en parcours, c’est-à-dire en plein air. Des animaux qui auraient pu être contaminés par le virus H5N8, transporté une fois encore par les oiseaux sauvages. Ces abattages vont se poursuivre jusqu’au 20 janvier prochain. Ils ne concernent pas les poules, dindons, dindes, canetons élevés en intérieur, ni les canards qui sont actuellement en gavage.

Selon les autorités, le virus qui sévit actuellement serait très agressif et très rapide. Le ministère de la Santé n’a vu que cette solution pour tenter de sauver ce qui peut l’être encore. Cela dit, les éleveurs y voient la mort de la filière et l’assurance de six mois sans aucuns revenus. Le gouvernement a néanmoins précisé qu’il verserait une compensation financière aux pertes subies par la filière, lorsque la situation aura été stabilisée.

D'autres pays sont touchées par cette épidémie d'influenza aviaire. Le Japon et la Corée du Sud ont également dû prendre des mesures similaires. En France 89 foyers d'infection ont été relevés, principalement dans le Sud-Ouest du pays.