Guy Aurenche : en 2019, le réveil de la société civile?

Présentée par

S'abonner à l'émission

Face aux chrétiens

jeudi 27 décembre 2018 à 17h03

Durée émission : 53 min

Face aux chrétiens

© Guillaume POLI/CIRIC - Guy Aurenche, ancien président du CCFD-Terre Solidaire (mai 2015)

Fracture sociale, inégalités, droits de l'homme : les politiques sont-ils à la hauteur? En cette fin d'année Guy Aurenche formule comme un vœu le nécessaire réveil de la société civile.

Guy Aurenche fait de sa vie un combat pour la défense de la justice et des droits fondamentaux. En tant qu'avocat il a participé à de grands procès historiques. Chrétien engagé, l'ancien président du CCFD-Terre solidaire est aussi le président d'honneur de la Fédération internationale des chrétiens pour l'abolition de la torture (Fiacat). Alors que l'on célèbre cette année les 70 ans de la Déclaration universelle des droits de l'homme il publie "Droits humains : n'oublions pas notre idéal commun !" (éd. Temps Présent).
En cette fin d'année, comment espérer ? Comment croire en l'avenir ? L'invité de Bernard Gorce répond aux questions de Romain Mazenod pour RCF, d'Alain Baron pour Radio Notre-Dame et de Laurent Larcher, pour La Croix.
 

"Les droits de l'homme ne sont plus à la mode... Peut-être que là nous avons une responsabilité commune"

 

Les 70 ans des Droits de l'homme : un anniversaire raté

On a célébré le 70e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l'homme, promulguée le 10 décembre 1948 : un anniversaire passé plutôt inaperçu. "Même en France, Emmanuel Macron n'a pas choisi cette date comme un rendez-vous permettant à chacun de se réapproprier cette question des droits de l'homme", note Laurent Larcher.

"Les droits de l'homme ne sont plus à la mode, répond Guy Aurenche, ça semble dérisoire, ça ne semble pas efficient ou efficace. Et peut-être que là nous avons une responsabilité commmune." Il y a eu tout de même la société civile ou le pape François pour célébrer cet anniversaire. Mais l'avocat l'admet, les politiques n'ont pas commémoré cette date. À tort, souligne-t-il, "car les droits de l'homme n'ont jamais été un système, n'ont jamais été une recette politique, n'ont jamais été une idéologie ou une nouvelle religion : c'est une boussole".

 



 

Inégalités : Qu'attendre des politiques en 2019 ?

Les inégalités sont-elles la faute des politiques ? La fracture sociale est-elle n'est-elle pas trop importante pour nos responsables ? Guy Aurenche voit dans le mouvement des "gilets jaunes" : "un ressenti d'inégalité", une "déception" de la part de gens qui "espéraient que leurs enfants allaient s'en sortir et qui ne s'en sortent pas mieux que leurs parents".

"Je suis toujours attentif quand un homme, une femme, un jeune, un moins jeune, crie : 'C'est pas juste !'" Certes il y a là un cri qui doit susciter l'attention des politiques. Mais Guy Aurenche insiste sur le pouvoir de la société civile. Ainsi, le référendum d'initiative citoyenne (RIC) ou tout autre débat de ce type ne pourra fonctionner que si "les gens se mettent à exercer leurs responsabilités de citoyens : ce qui ne se décrète pas d'en haut". L'ancien président du CCFD-Terre solidaire en appelle à un réveil de la société civile mais aussi à une éducation à la citoyenneté. Le bien commun n'étant pas une notion innée.

 



 

Que faire de nos peurs ?

Fracture sociale mais aussi montée des nationalismes, crise des migrants, remise en cause de la laïcité... A-t-on raison d'avoir peur ? Guy Aurenche répond : "Je suis très très respectueux des hommes et des femmes qui disent 'attention j'ai un peu peur' : non pas pour aller dans leur sens mais pour leur dire : "j'entends vos peurs, elles m'habitent aussi, mais je ne peux pas bâtir la vie de mes petits-enfants sur mes peurs."

 

En partenariat avec La Croix et Radio NOtre-dame

 

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Le jeudi à 17h03

Face aux chrétiens a pris sa place parmi les grandes émissions radiophoniques. Chaque semaine une personnalité de la vie politique, économique, religieuse, sociale ou sportive est interrogée par les journalistes des rédactions de RCF, La Croix et Radio Notre-Dame. Une émission enregistrée dans les studios de KTO et également retransmise par la chaîne de télévision catholique.   

Le présentateur

Bernard Gorce