Jean Garrigues: "Emmanuel Macron a multiplié les gestes forts"

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le Grand Invité

lundi 15 mai 2017 à 7h50

Durée émission : 15 min

Le Grand Invité

© ALAIN JOCARD POOL AFP

Retour sur la cérémonie d'investiture d'Emmanuel Macron, dimanche.

Dimanche avait donc lieu la cérémonie d’investiture d’Emmanuel Macron. Un président s’en va, un autre arrive. C’est un rituel républicain auquel ont pu assister les Français. "C’est un rituel que finalement presque chaque président fait évoluer à sa guise. Les choses évoluent en fonction de chaque président. Et Emmanuel Macron a voulu lui-aussi imprimer sa marque" explique Jean Garrigues, spécialiste d’histoire politique contemporaine.

 

La solennité d'Emmanuel Macron

"J’en retiens la solennité voulue par Emmanuel Macron. La manière dont il s’est avancé dans la cour de l’Elysée. Et en même temps l’aisance, le naturel avec lequel il s’est coulé dans sa fonction. J’en retiens aussi l’image très forte d’Emmanuel Macron montant dans un Command Car militaire pour aller ranimer la flamme sous l’Arc de Triomphe comme c’est la tradition. Un geste très fort de la part du chef des Armées mais aussi de la part d’un chef confronté à une situation d’insécurité exceptionnelle" ajoute ce spécialiste de l’histoire politique contemporaine.

"Il est très clairement engagé au service de la France et aux côtés de l’Armée française. C’est un président qui sera un vrai chef des Armées, comme l’ont été ses prédécesseurs. Il y a un signe très particulier, régalien, d’un président au combat" analyse encore ce spécialiste de l'histoire politique.

Le choix du Premier ministre, une décision capitale

Emmanuel Macron a également fait montre de gestes touchants, amicaux, envers ses proches durant la cérémonie d’investiture. Notamment auprès de Gérard Collomb, le maire de Lyon, ému aux larmes durant l’investiture. "Il a salué un certain nombre de ses amis en leur tapotant l’oreille comme le faisait l’empereur avec ses grognards. Les larmes de Gérard Collomb pouvaient évoquer celles de Pierre Mendès-France en 1981 quand Mitterrand était venu le saluer" précise encore Jean Garrigues.

Emmanuel Macron doit annoncer lundi le choix de son Premier ministre. "C’est particulièrement important, plus important que d’habitude. On a toujours une idée de ce que sera le futur Premier ministre. Là, on a un mouvement politique créé de toute pièce. C’est très important de savoir quel choix il va faire, comment il va orienter sa majorité parlementaire et puis quelle sera la personnalité de son futur Premier ministre" conclut-il.

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 8h10

Chaque matin, Stéphanie Gallet reçoit une personnalité au cœur de l’actualité nationale ou internationale. Décryptage singulier de notre monde et de ses enjeux, mais aussi découverte d’un parcours, d’un engagement. Au cœur de la grande session d’information du matin, une rencontre quotidienne pour prendre de la hauteur avec bienveillance et pour donner du sens à l’information.  

Le présentateur

Jean-Baptiste Labeur