Joaquin Navarro Valls, porte-parole de Jean-Paul II, est mort

7 juillet 2017 Par

L'homme qui a raconté à la presse du monde entier le pontificat de Jean-Paul II est décédé mercredi, à l'âge de 80 ans.

Il a été le porte parole de Jean Paul II pendant 22 ans. Joaquin Navarro Valls est mort mercredi à l’âge de 80 ans. Il avait été nommé directeur de la Salle de presse du Saint Siège par Jean Paul en 1984, jusqu'en 2006. Ce laïc consacré espagnol, membre de l’Opus Dei, diplômé de médecine et de Journalisme, a raconté à la presse et au monde entier le pontificat du pape polonais.
 

Une petite révolution pour le Vatican

"Il a d’abord représenté pour la Curie et pour le Vatican une petite révolution. Parce que, lorsque Jean-Paul II l’a nommé à la tête du bureau de presse du Vatican, tout le monde a remarqué que c’était un laïc alors que la tradition était de confier ce poste à des prélats portés sur la communication. Ensuite il n’était pas italien. Il était espagnol, il parlait couramment quatre ou cinq langues. Et puis il était membre de l’Opus Dei alors que traditionnellement, ce sont les jésuites qui ont la main sur le sujet de la communication du Vatican" explique le journaliste Bernard Lecomte, spécialiste du Vatican.

Il ajoute que Joaquin Navarro Valls "il n’était pas prélat, il était lui-même journaliste et il était même médecin. Comme quoi cet homme avait quand même plusieurs cordes à son arc. Il avait fait des études de médecine, il était psychiatre avant de s’orienter vers le journalisme. Il était correspondant à Rome du grand journal madrilène ABC et il était président de l’association de la presse étrangère. C’est pour cela que Jean-Paul II l’a repéré, et qu’il lui a demandé en 1984 de prendre ce poste".

Communiquer sur la maladie d'un grand homme

En tant que médecin il a joué un rôle tout particulier les mois qui ont précédé la mort de Jean Paul II. Bernard Leconte explique notamment que "quand vous êtes médecin vous avez la compréhension des choses et le vocabulaire. Et c’est important lorsqu’il s’agit de communiquer sur la maladie d’un grand homme, qu’il soit d’ailleurs pape ou président de la République. En général, la communication sur la maladie d’un grand homme, c’est du mensonge de A à Z. Mais quand vous êtes médecin, vous avez cette possibilité de vous approcher au plus près de la vérité, sans tomber dans la caricature".

Le Père Federico Lombardi avait succédé à Joaquin Navarro Valls à la Salle de Presse du Saint Siège en 2006. Aujourd'hui c'est Greg Burke, lui -aussi laïc et membre de l'Opus Dei qui est le porte-parole du pape François.