A l’approche de Noël, faut-il uniquement acheter des cadeaux faits en France ?

Présentée par

S'abonner à l'émission

Carte blanche de François Prouteau, président de Fondacio

lundi 30 novembre 2020 à 12h11

Durée émission : 3 min

Carte blanche de François Prouteau, président de Fondacio

C’était la joie ce week-end. Les magasins ont ouvert leurs portes. Nous pouvons faire nos courses, préparer Noël – faire plaisir tout en soutenant les commerçants et producteurs. C’est une bonne nouvelle et une bouffée d’air pour les Français et l’économie. On retrouve les petits commerces de proximité au moment de préparer Noël.
A l’approche de Noël, faut-il uniquement acheter des cadeaux faits en France ?

Cette émission est archivée. Pour l'écouter, inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous directement si possédez déjà un compte RCF.

Pour en parler, j’ai invité Yvonne, une collègue de Fondacio qui travaille dans le domaine du commerce équitable avec l’Asie. 

François : Qu’est-ce que vous en pensez, Yvonne ?
Yvonne :  Il est utile et nécessaire après ce deuxième confinement d’acheter français. C’est un geste citoyen. Mais il est également utile de prendre un peu de recul. Le problème est que même pour des articles « made in France », notamment dans le secteur du textile, cela peut avoir été produit par des hommes, des femmes voire des enfants exploités. Il est difficile de connaitre l’impact de nos achats sauf à n’acheter que dans des magasins de commerce équitable. Une vigilance et un esprit critique s’imposent pour consommer de manière écologique et responsable.

François : Mais quelle solidarité avec le reste du monde ? Comment nous centrer sur nous, tout en restant ouverts sur les précarités parfois encore plus criantes ailleurs ? 
Yvonne : Je vous raconte un exemple que je connais bien et que je suis de près pour Fondacio.
Julia Naw (ancienne élève de notre institut en Asie, IFF Asie) a choisi de s’engager pour sortir des jeunes femmes de la précarité et d’un avenir peu désirable. Elle a créé YounSone en Birmanie pour produire des articles contemporains à partir de tissus locaux pour valoriser le savoir-faire ancestral. 
Je suis ces jeunes femmes, à distance, et je les aide bénévolement à vendre les produits en France. Pour elles, savoir que des français achètent et apprécient leurs produits est un gage de fierté. Cela renforce leur confiance et leur savoir-faire propre. Je rajoute que nos produits sont importés sans CO2 inutile lors de déplacements indispensables, par un petit réseau d’amis qui soutiennent la démarche. 
Acheter comme cela un article pour aider concrètement quelques femmes birmanes permet de faire un geste solidaire. 

François : Oui et cela n’empêche pas d’aller faire ses courses dans les petits commerces.
En achetant un produit du type YouSone, on permet d’être proche de l’étranger, et de le soutenir économiquement et éthiquement. Ce n’est pas parce qu’on a des marques d’attention pour nos proches ou notre pays que, pour autant, nous avons à oublier le reste du monde. 
Merci Yvonne. 
De fait, penser aux autres, proches ou lointains, c’est cela l’esprit de Noël. 

PS - YouSone - Vous pouvez admirer leur savoir-faire et consulter le catalogue Noel 2020.
https://www.helloasso.com/associations/fondacio/collectes/noel-en-douceu...

Pour suivre l’actualité de ces femmes courageuses soutenus sur place par des jeunes volontaires français.
https://www.facebook.com/myyounsone/

Les dernières émissions

L'émission

Tous les lundis à 12h11

Tous les lundis le président de Fondacio nous partage son expérience et son regard sur l'actualité et sur le monde.

Le présentateur

François Prouteau

François Prouteau est le président du mouvement Fondacio