L’Europe, ça nous concerne !

© RCF

Forte de son réseau de 64 radios en France et en Belgique, RCF s’appuie sur cet ancrage territorial pour offrir aux citoyens la possibilité de débattre sur les grands enjeux de l’Europe, au plus proche des territoires et des réalités concrètes de la vie des citoyens.

L’Europe, ça nous concerne ! C’est le leitmotiv des débats publics organisés par RCF dans la perspective des élections européennes du mois de mai. L’objectif de ces débats est de donner envie aux auditeurs de s’intéresser aux grands enjeux européens.
Il s’agit aussi de donner des clés pour se préparer au scrutin du 26 mai. Cette série de débats s’inscrit dans la réponse d’un appel à projet lancé par la représentation en France de la Commission européenne.

 

L’Europe et les peuples: la rupture ?

EMISSION SPECIALE

A quelques semaines des élections européennes, alors que les Britanniques s'apprêtent à quitter l'Union, RCF vous propose une émission spéciale consacrée à l'Europe et ses peuples.

Dans cette émission, Etienne Pépin, Sabine Adrien des Altercathos, et leurs invités tentent de mieux comprendre les fondements, les enjeux contemporains et la place des peuples dans cette Europe difficile à percevoir malgré 60 ans de politique publique. 

Au programme de cette émission, organisée en direct depuis le café culturel Le Simone, à Lyon:

Où en est-on de la construction européenne ? Jusqu’où faut-il ou peut-on aller ?

a-t-il un peuple européen ? N’y a-t-il pas un déficit d’appartenance à l’Europe ? Comment nourrir l'identité européenne ?
 

 

 

"L'Europe face aux migrations, que peut-elle ?" - Débat en public et en direct à Lille.

"L'Europe face aux migrations, que peut-elle ?"  - Débat en public et en direct à Lille.

"L'Europe face aux migrations, que peut-elle ?" Une question plus que jamais d’actualité et qui devrait être, de loin, le thème principal des prochaines élections européennes.

Un débat en public animé par Elise Le Mer (Rédacrice en chef RCF Nord de France) et Hervé Favre, éditorialiste politique à La Voix Du Nord, en direct de l'ESPOL (European School of Political and Social Sciences), à Lille.
 

Quelle démocratie pour l’Europe de demain?

Quelle démocratie pour l’Europe de demain?

Quelle démocratie pour l’Europe de demain? Une émission en public réalisée le 4 mars par RCF Alsace

Trois tables rondes étaient organisées pour débattre des institutions européennes, des valeurs de l'Union européenne et des citoyens.
 

Une émission en partenariat avec les Jeunes Européens et le restaurant Mandala, à Strasbourg.

Parmi nos invités :

- Hervé Moritz, responsable national du mouvement des Jeunes Européens,
- Luis Martinez-Guillen, directeur du Bureau d’Information du Parlement européen,
- François Brunagel, ancien chef du protocole du Parlement européen,
- Frédérique Berrod, enseignante en droit public à l'université de Strasbourg,
- Martial Libera, maître de conférences en histoire contemporaine à l'Université de Strasbourg,
- Cédric Pellen, enseignant en sciences politiques à l'université de Strasbourg,
- Gregor Puppinck, juriste, directeur de l'ONG  Centre européen pour le droit et la justice (ECLJ),
- Schams El Ghoneimi, ancien assistant parlementaire,
- Myriam Douo, chargée de campagne sur la transparence des lobbies au sein de l'ONG Les amis de la Terre Europe.

10 débats publics sont organisés par RCF en France*, dans la perspective des élections européennes du 26 mai. Un leitmotiv, “L’Europe ça nous concerne!”
Grâce à son réseau de 64 radios locales, en France et en Belgique, RCF s’appuie sur son ancrage territorial pour offrir aux citoyens la possibilité de débattre sur les grands enjeux de l’Europe, au plus proche des réalités concrètes de la vie des citoyens.
L’objectif de ces débats est de donner envie aux auditeurs de s'intéresser aux grands enjeux européens. Il s’agit bien sûr d’offrir les clés pour préparer le scrutin du 26 mai.
Cette série de débats s’inscrit dans la réponse d’un appel à projet lancé par la représentation en France de la Commission européenne.

*Angers, Bordeaux, Caen, Coulans-sur-Gée (Sarthe), Lille, Marseilles, Lyon, Troyes, Strasbourg.
 

RCF Alsace : Quelle démocratie pour l’Europe de demain?

 

Elections Européennes : quels enjeux pour l'agriculture ?

Elections Européennes : quels enjeux pour l'agriculture ?

À moins de trois mois des élections européennes, nous décryptons les enjeux concernant l'agriculture. Le 26 mai prochain, nous élirons nos députés européens pour 5 ans. Au cours leur mandat, ils devront s'atteler à la réforme très attendue de la PAC, la Politique Agricole Commune. Elle représente 40% du budget de l'Union Européenne et on estime qu'un agriculteur français reçoit en moyenne 20 000 euros d'aides par an. À quoi ressemblera la PAC de demain? Marion Bastit en parle avec ses invités. Cette émission a été réalisée par RCF Anjou, en partenariat avec la Maison de l'Europe, le journal Réussir, l'Anjou agricole et l'ESA, l'Ecole Supérieure d'Agriculture d'Angers.

Europe faut-il encore y croire ?

Europe faut-il encore y croire ?

Le 26 mai prochain, se tiendront les élections européennes. Or, 33 % des Français seulement ont confiance dans l’UE (Eurobaromètre Standard). Question : faut-il croire encore à l'Europe ?

 Sur le plateau de cette émission spéciale en public de Dialogue RCF, à l'EMD à Marseille, trois invités (cf. ci-dessous) pour répondre à cette question : "Europe, faut-il encore y croire ?" Pour Alain Dumort, c'est plutôt "Faut-il encore la faire ? L'Europe est ce qu’on en a fait jusqu'à aujourd’hui et ce qu'on en fera demain. Si nous n’aimons pas l’Europe, changeons-là."

Une crise existentielle
Pour Rostane Mehdi, qui reconnaît que si Montesquieu revenait aujourd'hui, il n'y comprendrait sans doute pas grand-chose, "il faut rappeler quand même que le droit européen vient du travail de collaboration entre les différentes insititutions européennes composées par nos gouvernements ! Il y a une schizophrénie chez les Etats qui forgent des décisions qu’ils ne mettent pas en œuvre, accusant les institutions européennes de tous les maux. L'Europe a rendu des services qu’on attendait, surtout dans le domaine de l’économie. Mais aujourd’hui, elle traverse une crise profonde,une crise existentielle qui par son intensité est incomparable avec toutes celles d’avant, nouvelle par sa gravité." Pour le directeur de Sciences-Po Aix, Il ne s’agit pas d'une crise institutionnelle, l'Europe en a déjà vécu et dépassé plusieurs, mais "c’est une crise essentielle, une crise de valeurs, on voit les états se disputer non pas sur la sauvegarde de leur intérêt mais sur les valeurs qui font les principes même de l’Europe, comme la valeur de solidarité sur la question migratoire." Sont aussi pointés des facteurs externes, notamment tous ces pays comme les Etats-Unis, Israël ou la Russie qui veulent la disparition del l'Europe. "C'est une combinaison de facteurs très préoccupante."

Issues de secours ? 
Pour Alain Dumort, il s'agit de renouer la confiance entre les citoyens et les élus, qui doivent être d'une probité exemplaire. Pour Rostane Mehdi, "ce qui afflige l’Europe et les Etats, c’est deux choses : un rapport distendu à la vérité, il y a dans ce système une fascination pour le mensonge et le Brexit, basé sur une campagne mensongère, en est une illustration confondante.  Le deuxième mal, c'est la lâcheté de nos dirigeants à faire croire que les décisions qui s’imposent sont des décisions qui sont prises sans eux. C’est faux.  On se défausse en permanence sur une Europe qui pourtant n’est que le reflet des Etats qui la composent."
Enfin, pour Pierre Langeron, il est urgent de réconcilier les chrétiens et la politique.  "Derrière tous ces enjeux politiques, il y a des hommes. Des personnes à prendre en compte qui doivent partager un bien commun, qui n'est pas la somme de tous les intérêts individuels,  mais qui correspond à l’intérêt d’un grande monde. Il n'y a pas de solidarité s’il n’y en a pas certains qui aident ceux qui en ont le plus besoin ! Tout le monde ne peut pas trouver en même temps son intérêt mais le bien commun, c’est améliorer, pas uniformiser. Si on peut aider le paysan roumain à améliorer sa situation, c’est une participation au bien commun."
Quel rôle pour les chrétiens dans ce contexte ? "Solidarité, subsidiarité, mais aussi l'exercice de droits et de devoirs. Participer à la vie de la collectivité, réfléchir et aller voter, ce n'est pas un devoir seulement civique, c'est un devoir de conscience !"

L'Europe, soutien du monde rural ?

L'Europe, soutien du monde rural ?

Les élections européennes vont soulever de nombreuses questions pour l'ensemble des citoyens.

Regardons de plus près quelques liens entre l'Union Européenne et nos campagnes : désenclavement numérique, liens humains et la question legislative avec un exemple environnemental : le projet Natura 2000

Les informations sur les différents projets

L'installation de la fibre en Sarthe : sarthe.fr
Les actions et formations des MFR de Sarthe : mfr-72.fr
Le projet Natura 2000 : Natura 2000
Le fonctionnement de l'Union Européenne : europe-en-sarthe.eu


 

L'Europe et l'environnement, ça nous concerne, première partie

L'Europe et l'environnement, ça nous concerne, première partie

Une émission à l'approche des élections européennes sur les enjeux environnementaux à l'échelle de l'UE en partant de problématiques locales.

L'Europe et l'environnement,ça nous concerne,deuxième partie

L'Europe et l'environnement,ça nous concerne,deuxième partie

Une émission à l'approche des élections européennes sur les enjeux environnementaux à l'échelle de l'UE en partant de problématiques locales.

Comment l'Union Européenne s'engage-t-elle localement pour l'emploi ?

Comment l'Union Européenne s'engage-t-elle localement pour l'emploi ?

« L'Europe au coin de sa rue - Comment l'Union Européenne s'engage t-elle localement pour l'emploi ? », émission enregistrée en public à la Maison de l'Europe de Bordeaux.

L'Europe crée t-elle ou détruit-elle des emplois ? Quels sont les projets soutenus localement par l'Union Européenne ? Comment accéder aux aides financières ? Quels sont les interlocuteurs locaux ? 

Autour de ces questions, cette table ronde enregistrée en public le 21 février 2019 à la Maison de l'Europe, 1 place Jean Jaurès à Bordeaux, est animée par Gwenaël Lamarque, animateur sur RCF Bordeaux et directeur de la Maison de l'Europe Bordeaux-Aquitaine, et par Serge Rodriguez, responsable de la communication des fonds européens à la Région Nouvelle-Aquitaine.

Avec la participation de:

- Yohan David, président de la Maison de l’Emploi de Bordeaux

- Olivier Foschia, directeur de Transfer IOD

- Pierre Maly, propriétaire du restaurant “Le Jardin Pêcheur” à Bordeaux

- François Adoue, consultant d’entreprises et organismes de formation

 

 

 

Françoise Grossetête en dialogue avec 8 jeunes sur l'Europe de demain

Françoise Grossetête en dialogue avec 8 jeunes sur l'Europe de demain

Les 18-30 ans : quelle Europe veulent-ils construire ? Un dialogue avec Françoise Grossetête

C'est le thème de cette deuxième émission sur l'Europe sur notre antenne.
Après Jean-François Barnier, président des maires de la Loire avec qui nous avons évoqué les communes et l'Europe, on s'intéresse aujourd'hui à l'Europe et les jeunes.
Quelles sont leurs préoccupations et leurs questions ? Quelles propositions peuvent-ils faire pour une Europe où chacun ait sa place ?

Ce sont quelques uns des thèmes qu'ils vont aborder avec la députée européenne : Françoise Grossetête qui a accepté de dialoguer avec eux.
 Huit jeunes qui travaillent et étudient dans la Loire, ont réfléchi  ensemble pour déterminer 3 problématiques qui les touchent particulièrement : Citoyenneté et appartenance, défense et sécurité, et enfin développement durable.

 

Reportage photographique: Georges Mosnier pour RCF ST-Etienne

 

Sébastien Maillard : "aucun pays ne veut plus quitter l’Union européenne"

Sébastien Maillard : "aucun pays ne veut plus quitter  l’Union européenne"

A l'occasion d'une journée spéciale Europe sur notre antenne, Sébastien Maillard, directeur de l’Institut Jacques Delors et ancien journaliste, est le Grand Invité de la Matinale.

Dans la nuit de mardi à mercredi les députés britanniques ont encore une fois boudé l’accord de Brexit négocié par la première ministre Theresa May. Pour Sébastien Maillard, directeur de l’Institut "Notre Europe" Jacques Delors, un Brexit dur serait "la pire des solutions et un divorce douloureux".

"On a cru que le Brexit aurait un effet domino et donnerait des envies de sortie à d’autres pays, mais aujourd’hui aucun pays ne veut plus quitter l’Union européenne" rassure Sébastien Maillard. Les avantages de l’Europe ne sont peut être pas évidents pour le grand public, mais "le Brexit est une démonstration par l’absurde de ce que ça coûte d’en sortir".

La semaine dernière, le président Emmanuel Macron écrivait une lettre aux citoyens d’Europe, dans laquelle il partageait un certain nombre de convictions et faisait également des propositions. Sébastien Maillard trouve "audacieuse" la tentative du président de s’adresser ainsi à toute l’Europe. Et si pour réussir "il faut être plusieurs", l’ancien journaliste constate que des doutes persistent du côté allemand.

Un projet européen perfectible

"Le projet européen est perfectible, et les menaces extérieures peuvent aider à une vraie prise de conscience collective entre européens". Sébastien Maillard fait notamment référence à l’influence de la Chine qui cherche à faire des investissements stratégiques en Europe, ou encore la Russie ou Donald Trump qui déstabilisent l’union entre les pays européens.

"Vivre dans l’Union Européenne ne consiste pas à uniformiser nos identités, c’est au contraire un cadre pour les développer davantage. Le sentiment national est conciliable avec le sentiment européen" déclare le président de l’Institut Jacques Delors. "L’Europe est le meilleur échelon pour traiter de la question de l’environnement" affirme-t-il, "faire appliquer des décisions au niveau européen aura plus d’effets que chacun dans notre coin".

Les dossiers RCF