La Cité internationale de la Gastronomie de Lyon ferme ses portes

8 juillet 2020 Par

Clap de fin pour la cité internationale de la Gastronomie de Lyon. Neuf mois après son ouverture, c’est un coup dur pour ce lieu atypique, le premier du genre à avoir vu le jour en France.

Fermeture précoce pour la Cité de la gastronomie

Seulement neuf mois après son inauguration en grandes pompes, la Cité internationale de la Gastronomie de Lyon doit fermer ses portes. Dans un communiqué publié lundi 6 juillet dernier, la société espagnole chargée de l’exploitation du lieu, MagmaCultura, a expliqué avoir pris une telle décision en raison des pertes financières liées à la crise sanitaire. "Face à l’incertitude de l’évolution économique et touristique, et malgré tous nos efforts pour la sauvegarder, nous avons pris la décision de ne pas rouvrir la Cité et d’arrêter définitivement son exploitation" peut-on lire dans le communiqué.

Outre cette énième conséquence de la pandémie du Covid-19, il semble tout de même que le succès attendu n’était pas au rendez-vous. De nombreuses critiques s’étaient en effet élevées en raison de l’important prix d’entrée, et en raison d’un manque de contenus. À tel point qu’après le déconfinement, la Cité internationale de la Gastronomie n’a finalement pas rouvert ses portes. Il s’agissait pourtant d’un lieu atypique, le premier du genre en France, et d’un des projets phares de la ville de Lyon.
 

La déception du chef Régis Marcon

Le chef étoilé, Régis Marcon, qui avait présidé le Comité d’orientation stratégique de la Cité, avant d’en devenir finalement le parrain, ne mâche pas ses mots quant aux différents couacs de l’établissement. Interrogé par RCF Lyon, il a exprimé sa déception quant à la fermeture de la Cité, mais estime que ce lieu a cependant un bel avenir devant lui.
 

Le chef étoilé Régis Marcon, interrogé par Antonin Lhuillier, de RCF Lyon :

00:00

00:00

Portée par la ville et la métropole, qui ont investi près de deux millions d'euros, la Cité internationale de la Gastronomie espérait recevoir 300.000 visiteurs par an. Elle n’en avait accueilli que 150.000 depuis son ouverture, dont de nombreuses visites non-payantes.