La « génération Z » debout pour contrer le coup d’état en Birmanie

Présentée par

S'abonner à l'émission

Carte blanche de François Prouteau, président de Fondacio

lundi 22 février à 12h11

Durée émission : 3 min

Carte blanche de François Prouteau, président de Fondacio

Le coup d’État militaire birman du 1er février a interrompu brutalement le processus de démocratisation. Le parti de la dirigeante Aung San Suu Kyi venait de triompher aux élections de novembre dernier, avec plus de 80% des voix. Du revers électoral pour les militaires ! La dirigeante Aung San Suu Kyi et des centaines de personnes ont été arrêtées. Les manifestants réclament leur libération. On entend dans les défilés : "Rendez-nous notre gouvernement élu", "respectez notre vote". Des chaines de prière s’organisent. C’est le cas avec les membres de Fondacio sur place.

Cette émission est archivée. Pour l'écouter, inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous directement si possédez déjà un compte RCF.

A la frontière Est de l’Inde et du Bangladesh, le Myanmar, appelé aussi Birmanie, compte 54 millions d’habitants et plus de 130 ethnies. La majorité ethnique dominante (65% de la population) est bouddhiste birmane. La stabilité politique du pays dépend beaucoup du respect et de la prise en compte des minorités ethniques. Le processus de démocratisation veut améliorer la situation des minorités ethniques pour éradiquer les discriminations, les violences et la pauvreté qui les affectent. 
Le pays avec des ressources naturelles abondantes encore sous exploitées et proches de marchés dynamiques (l’Inde, la Chine et l’ASEAN) connaît une croissance économique, autour de 6% de croissance du PIB entre 2016 et 2019. Établir durablement la démocratie et l’État de droit sont des enjeux importants pour une redistribution juste des richesses qui attirent les convoitises. Un autre atout du pays est sa population relativement jeune (27,6% ont moins de 14 ans)

La génération Z affiche sa détermination dans la protestation contre le coup d’État militaire 
Oui, ces jeunes entre 17 et 30 ans se présentent comme la génération Z. Trop jeunes pour avoir connu les régimes militaires précédents et les répressions sanglantes, ils n’ont pas peur de se rassembler par dizaines de milliers pour braver l’interdiction de manifester, en s’inspirant de mouvement de protestation de pays proches. Ces jeunes sont déterminés car dans la lutte d’aujourd’hui, se joue leur avenir. Ils ont du courage, en disant que s’il le faut, il serait prêt à mourir pour cela. La peur est là : on se souvient des « charges » de jeunes étudiants contre la mitraille, durant les manifestations de 1988 qui firent 3 000 morts.
Comme dans la tradition bouddhiste, pour chasser les mauvais esprits et les démons, ils tapent sur les casseroles et sur tout ce qui peut faire du bruit, à 8h tous les soirs. C’est un combat pacifique, spirituel et psychologique contre les armes qui est engagé. Pour être en communion avec eux, les jeunes de Fondacio proposent de mettre à 8h30 une bougie sur le coin des fenêtres, car face aux ténèbres, c’est un combat de la Lumière.

Les dernières émissions

L'émission

Tous les lundis à 12h11

Tous les lundis le président de Fondacio nous partage son expérience et son regard sur l'actualité et sur le monde.

Le présentateur

François Prouteau

François Prouteau est le président du mouvement Fondacio