La Grèce trouve un "accord de principe" sur un troisième plan d’aide avec ses créanciers

Ce nouveau plan de 85 milliards d’euros est le troisième depuis 2010 et doit éviter au pays un défaut de paiement, contre une série de mesures et de réformes rapides de la part de la Grèce.

Pour être totalement validé, ce plan d’aide doit être approuvé par le Parlement grec et par les parlements (ou chefs d’Etats) des pays de la zone euro, ce qui devrait arriver avant la fin de la semaine.
Pour le professeur de droit public Jean Catsiapis, ce plan d’aide va être adopté par le Parlement grec car les 85 milliards d’euros permettent, pour le moment, au pays de respirer.


Les créanciers réclament des réformes en échange de cette nouvelle aide ainsi que des ajustements budgétaires. Pour Jean Catsiapis un rééchelonnement de la dette grecque est inévitable si les mesures demandées sont appliquées.