La question des migrants au cœur d’un nouveau sommet européen

9 novembre 2015 Par

Mercredi, les chefs d’Etat européens rencontreront leurs homologues africains, à Malte. La cause: trois millions de réfugiés pourraient franchir les portes de l’Europe d’ici 2017.

Mais avant ce rassemblement, les ministres des affaires étrangères des 28 ont été convoqués ce lundi à Bruxelles, pour commencer à plancher sur le sujet. Une première rencontre en vue de préparer le sommet européen qui se tiendra à Malte mercredi prochain, où sont attendus la totalité des chefs d’Etat européens. Ces derniers devront y rencontrer leurs homologues africains.

L’Europe prend de plus en plus au sérieux la question migratoire. On estime à trois millions le nombre de réfugiés qui auront passé les portes du vieux continent d’ici 2017. A plus court terme, les Etats européens se sont mis d’accord pour répartir 160 000 réfugiés d’ici Noël. A l’heure actuelle, peu de relocalisations ont été effectuées. Et pour l’instant, aucune des décisions européennes n’a réellement prouvé son efficacité. Ces dernières ne sont pas encore pleinement appliquées, et force est de constater que le flux de migrants ne se tarit pas.

A Malte, mercredi, les chefs d’Etat devraient notamment discuter d'un point précis, à savoir le contrôle des réfugiés aux frontières. Un contrôle qui passerait par une plus grande importance des "hotspots", ces centre d’accueil dans lesquels devraient s’enregistrer les réfugiés, et par une meilleure protection des frontières. Se posera enfin la question épineuse des retours, pour tous les réfugiés dont la demande d’asile aura été refusée. Des sujets particulièrement clivants, à l'heure où aucune réponse précise n'a été donnée par l'Europe, sur la question migratoire.