Laurent Dandrieu: l'Eglise est dans "une forme d'idolâtrie de l'accueil"

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le Grand Invité

jeudi 9 février 2017 à 7h50

Durée émission : 15 min

Le Grand Invité

© LOUISA GOULIAMAKI AFP

Rédacteur en chef des pages Culture à Valeurs actuelles, Laurent Dandrieu a publié "Église et immigration : le grand malaise" (Presses de la Renaissance, janvier 2017).

Les menaces d'une immigration de masse

Dans cet ouvrage, Laurent Dandrieu défend la thèse selon laquelle l’accueil des étrangers signerait la mort de l’identité chrétienne et européenne. Il accuse l’Eglise de complicité  avec ce qu’il qualifie de suicide de la civilisation européenne. "Je ne pense pas que l’accueil de l’étranger soit une chose condamnable. Je pense que c’est une question d’équilibre. Dans son histoire, l’Eglise a toujours su concilier l’appel à la fraternité qui fait partie de l’ADN du catholicisme, mais aussi la défense des communautés naturelles, et par notamment des nations. Il me semble qu’aujourd’hui cet équilibre est rompu, que l’on est dans une forme d’idolâtrie de l’accueil, un accueil qui emporte tout et ne doit plus permettre de regarder les menaces qu’une immigration de masse fait peser sur un pays, son équilibre et son identité nationale" explique-t-il.

Pour le journaliste, l’Eglise fait preuve de trop d’angélisme. "Cette focalisation absolue sur l’accueil, et cet oublie des autres vertus, notamment celle de prudence, d’efficacité et de bien commun, conduit à fermer les yeux sur un certain nombre de dangers. Pour un certain discours ecclésial, la question des frontières, de l’identité, n’existe plus. Or cela me paraît en contradiction totale avec ce que l’Eglise a affirmé pendant des siècles" ajoute-t-il.
 

Accueil de l'étranger : un équilibre à trouver, pour Laurent Dandrieu

Au niveau du Saint-Siège, le pape François avait d’abord appelé à un accueil inconditionnel des migrants. Son message a changé, en appelant chaque pays à accueillir en fonction de ses moyens. "Je me pose la question sur l’évolution de ce discours puisque dans la bouche du pape François, on entend d’un jour à l’autre des choses assez contradictoires. Je me réjouis quand le pape appelle à la prudence, je rappelle que dans le catéchisme de l’Eglise catholique, il est prévu le droit des nations à réguler les flux migratoires, mais je constate que dans le discours quotidien, ces appels à la prudence sont trop souvent noyés dans un flot de paroles qui prône plutôt un accueil inconditionnel" analyse Laurent Dandrieu.

Souvent opposé à Erwan Le Morhedec, auteur d’un livre intitulé "Identitaire – le mauvais génie du christianisme", Laurent Dandrieu avoue n’avoir "pas été convaincu par son livre, par les exemples qu’il donne, qui sont microscopiques et ne reflètent pas une réalité bien concrète. J’y vois au mieux un nouveau combat contre des moulins à vent, ou au pire une forme de complotisme chrétien. Son livre est utilisé comme un moyen de suspicion contre les catholiques qui se soucieraient de la défense de leur patrie".

Le journaliste de Valeurs actuelle rappelle à ce sujet que le pape lui-même qualifie d’invasion l’immigration de masse, et qu’il est du devoir de chacun de se protéger d’une invasion. "Il y a un équilibre à trouver entre l’accueil de l’autre, qui fait partie de notre ADN, et le droit des sociétés à se protéger ». Il précise qu’une grande partie de la population française est issue de l’immigration. « L’accueil, les Français savent ce que c’est, et ils le pratiquent depuis longtemps" conclut-il.
 

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 8h10

Chaque matin, Stéphanie Gallet reçoit une personnalité au cœur de l’actualité nationale ou internationale. Décryptage singulier de notre monde et de ses enjeux, mais aussi découverte d’un parcours, d’un engagement. Au cœur de la grande session d’information du matin, une rencontre quotidienne pour prendre de la hauteur avec bienveillance et pour donner du sens à l’information.  

Le présentateur

François Ballarin