"Le Black Friday sans moi", la protestation de l’association Zero Waste

23 novembre 2017 Par

L’association de protection de l’environnement, Zero Waste, a lancé une protestation en ligne qui prend à contre-pied le Black Friday.

Réduire son impact énergétique, moins consommer pour la planète. Cette tendance s’est inscrite durablement au sein de l’opinion publique de plusieurs Etats, a fortiori depuis la COP21. Mais le Black Friday a tendance à faire oublier ces bonnes résolutions le temps d’une journée, parfois plus. Venue tout droit des Etats-Unis, le vendredi noir s’apprête également à envahir le marché français.
 

Le Black Friday, journée de la surconsommation?

Outre-Atlantique, le lendemain de Thanksgiving, a traditionnellement lieu depuis les années 60, le Black Friday. Un jour où de nombreuses enseignes bradent fortement leurs produits. Une journée qui se vit dans les boutiques, au lever du jour, mais également, depuis quelques temps, sur Internet. Un jour où il n’est pas rare d’assister à des scènes d’émeute aux abords et dans les grands magasins.

Une tendance qui s’est exportée récemment dans d’autres pays du monde, dont la France. De nombreuses voix s’élèvent aujourd’hui face à cette pratique qui pousse à la surconsommation. Créée il y a 20 ans, Zero Waste est une association de protection de l’environnement. Elle milite pour une gestion plus durable des déchets.

Une protestation en ligne lancée par Zero Waste

A l’occasion du Black Friday, elle a lancé cette protestation en ligne : "le Black Friday sera sans moi". "Cette protestation en ligne, c’est pour montrer que le Black Friday ne fait pas que des adeptes et qu’il y a des consommateurs qui ne sont pas d’accord avec cette avalanche de promotions et ce matraquage publicitaire, qui pousse un peu à la surconsommation et à l’achat compulsif" explique Flore Berlingen, directrice de Zero Waste.

Elle ajoute que "c’était important de montrer que du côté des consommateurs, il y avait aussi une réaction. Cette année, il y a des mobilisations. Le Black Friday ne fait d’ailleurs pas l’unanimité auprès des commerçants et de certains sites de vente en ligne. La Camif a décidé de fermer purement et simplement son site Internet en signe de protestation" ajoute Flore Berlingen.

La protestation de l’association a pour l’instant attiré près de 1 500 personnes sur Facebook.
 

► Ecoutez l'interview de Flore Berlingen, directrice de Zero Waste, au micro de Clémence de la Faye:

00:00

00:00


 

Sur le même thème :