Le concile panorthodoxe appelle à la défense des chrétiens d’Orient

27 juin 2016 Par

Malgré l’absence remarquée de plusieurs Eglises orthodoxes, le concile qui s’est tenu la semaine dernière en Crète a tenu un discours fort, et d’actualité, envers les minorités chrétiennes.

Réunis en Crète pour un concile qui se voulait inédit, depuis un millénaire, les chefs des Eglises orthodoxes, du moins, ceux qui étaient présents, ont appelé dimanche à la protection des minorités chrétiennes du Proche-Orient. Il s’agit d’une nouvelle prise de position forte de la part des Eglises orthodoxes envers les chrétiens d’Orient.

"L’Eglise orthodoxe est particulièrement préoccupée par la situation des chrétiens et des autres minorités ethniques et religieuses persécutées au Proche-Orient" peut-on notamment lire dans la déclaration finale de ce concile. Les prélats réunis en Crète ont donc appelé "les gouvernements de cette région à protéger les populations chrétiennes – orthodoxes, chrétiens orientaux et autres chrétiens – qui ont survécu dans le berceau du christianisme".

Derrière ce message fort, demeure néanmoins une profonde dissension entre les différentes Eglises orthodoxes. En effet, ce concile panorthodoxe, qui se préparait depuis une cinquantaine d’années, devait réunir toutes les branches de l’Eglise orthodoxe. C’était sans compter le refus de participer de l’Eglise orthodoxe russe, suivie par celle d’Antioche, de Bulgarie et de Géorgie. Une absence qui n’améliorera pas les relations des 14 Eglises autocéphales qui représentent la "communion orthodoxe".