Le pape François en Arménie, une tournée pour la paix

S'abonner à l'émission

Chrétiens à la Une

vendredi 24 juin 2016 à 16h00

Durée émission : 25 min

Chrétiens à la Une

© TIZIANA FABI AFP

Le pape François entame un déplacement de trois jours en Arménie. Une visite oecuménique, mais également politique, à la rencontre des chrétiens arméniens.

Le pape François a atteri vendredi à Erevan, la capitale de l'Arménie, pour une visite de trois jours. La première d'une série de voyages dans le Caucase. Le dernier voyage d’un pape en Arménie remonte à septembre 2001. A cette date, saint Jean-Paul II s’y était rendu pour le 1700ème anniversaire de l'arrivée du christianisme dans le pays. L’Arménie est le premier pays à avoir adopté le christianisme comme religion d’Etat dès 301.

Une visite du pape François en terrain connu, donc. Bien que l'Eglise arménienne apostolique ne soit ni catholique, et n'a donc jamais dépendu de Rome, ni orthodoxe, puisqu'elle s'est séparée des Grecs lors du concile de Chalcedoine en 451.
 
Ce déplacement du pape François en Arménie comprend plusieurs temps forts. Au programme du pape François, des rencontres et une déclaration commune avec le Catholicos Karekine II, patriarche de l'Eglise apostolique arménienne… Mais également la visite du mémorial de Tsitsernakaberd, qui honore les victimes du génocide arménien. En avril 2015, le pape François, dans la basilique St Pierre, avait qualifié de "premier génocide du XXè siècle" le massacre des Arméniens sous l’Empire ottoman (1915).

François célèbrera également une messe à Gyumri, la deuxième ville arménienne, située au Nord-Ouest du pays, à la frontière avec la Turquie. Un geste fort, qui pourrait marquer les esprits côté turc.

Les enjeux, pour le Saint-Père, sont donc oecuméniques, mais aussi politiques, puisque les relations entre l'Arménie et la Turquie ne sont toujours pas au beau fixe, la Turquie refusant encore de reconnaître sa responsabilité, ni même l'existence du génocide arménien, pourtant historiquement établi.

Dimanche, avant de rentrer à Rome, le Pape François se rendra au monastère de (K)hor Virap, au Sud de la capitale, au pied du mont Ararat. Un lieu lourd de sens puisque c'est là que Grégoire Loussavoritch, qui deviendra "Grégoire l’Illuminateur", docteur de l'Eglise arménienne, fut jeté aux oubliettes dans une fosse et survécut miraculeusement durant treize ans.

Le voyage en Arménie qu’il s’apprête à accomplir, du 24 au 26 juin prochains, s’inscrit comme la première étape d’une tournée du Caucase axée sur la paix, avant une seconde prévue fin septembre en Géorgie et en Azerbaïdjan. Une tournée qui se déroule durant le Jubilé de la Miséricorde, qui invite à la réconciliation.
 

Les dernières émissions

L'émission

Tous les vendredis à 13h30

Chaque semaine Pauline de Torsiac reçoit un acteur du monde chrétien. Homme ou femme, laïc ou clerc, prêtre, pasteur ou évêque, responsable de mouvement ou d’une congrégation, chanteur, acteur... c’est son actualité qui est mise en lumière et détaillée à cette occasion. L'invité de Pauline de Torsiac est également amené à réagir sur une sélection de sujets qui font l’actualité de la sphère chrétienne cette semaine-là.