Le patriarche Karekine II canonise les victimes du génocide arménien

Vendredi seront commémorés les 100 ans du génocide arménien perpétré sous l’Empire ottoman en 1915. 1,5 million d’Arméniens furent massacrés.

Un génocide à l’origine d’une diaspora très importante du peuple arménien au Moyen-Orient, en Europe mais aussi aux Etats-Unis.
Les Arméniens de France sont dans les derniers préparatifs des manifestations organisées autour du 24 avril, jour de la commémoration officielle.

C’est le cas à Nancy, en Lorraine, où l’association ARMAX des Arméniens de Nancy offre à la ville une croix Khatchkar, sculptée en Arménie. Elle sera dressée sur le parvis de la basilique Notre-Dame-de-Lourdes de Nancy vendredi, à la mémoire du génocide de 1915.
Cette croix de pierre est un emblème séculaire de l’art arménien. Vahan Haratyunian est le président de l’association des Arméniens de Nancy.


Cette croix sera officiellement inaugurée à Nancy le samedi 16 mai à 11 heures. 

Et jeudi après-midi, le patriarche des Arméniens apostoliques Karekine II présidera à Etchmiadzine, en Arménie, une liturgie au cours de laquelle ils proclamera saints toutes le million et demi de victimes du génocide. Le 24 avril deviendra la fête « saints martyrs » du génocide.
Joseph Yacoub, professeur honoraire de l'Université catholique de Lyon, est l'auteur de plusieurs ouvrages sur les chrétiens d'Orient.
Il rappelle la dimension religieuse du génocide arménien.