Le portrait robot du JMJiste de Cracovie

7 juillet 2016 Par

© Jeunes Cathos

Jeudi, se déroulait à la Conférence des Evêques de France une conférence de presse, où a été présentée, entre autres, l’étude réalisée par La Vie sur les JMJistes de Cracovie.

Alors que 35 000 Français vont se rendre à Cracovie, en Pologne, du 26 au 31 juillet prochain, l’hebdomadaire La Vie a réalisé une étude, avec l’aide du sociologue Jean-François Barbier-Bouvet, dressant un portrait des jeunes catholiques d’aujourd’hui, et notamment celui de ceux qui se rendront en Pologne cet été.

On y apprend notamment que la moyenne d’âge des participants aux JMJ s’établit autour de 20 ans. La classe d’âge la plus représentée reste cependant celle des 18 ans. Jean-François Barbier-Bouvet rappelle à ce propos qu’il s’agit d’une répartition par âge, très proche de celle observée lors des dernières Journées Mondiales de la Jeunesse, organisées à Madrid.

A noter également que les filles sont plus nombreuses que les garçons à partir à Cracovie cette année. "Ce n’est pas une surprise" explique le sociologue.  58 % des participants français de ces JMJ sont des filles, contre 42 % pour les garçons. A Madrid, on retrouvait également, à peu près les mêmes proportions.

Concernant la provenance des JMJistes français, il faut noter que 38 % d’entre eux viennent de région parisienne, qui représente donc le plus gros vivier de jeunes partants à Cracovie cette année. Pour la province, ce sont les régions Auvergne-Rhône-Alpes et Pays de la Loire qui enverront le plus de jeunes en Pologne.

Sans surprise, parmi les jeunes Français à vivre ces JMJ, 69 % sont des étudiants, selon l’étude de La Vie. Suivent les lycéens, avec 14 % des participants. A noter que seulement 11 % des JMJistes sont déjà sur le marché du travail, 13 % si l’on compte les jeunes chômeurs ayant fini leurs études, et cherchant actuellement un premier emploi.

Enfin, l’étude de La Vie rappelle que les JMJ touchent principalement les jeunes des classes relativement favorisées. Plus de deux jeunes sur trois appartiennent aux classes moyennes et supérieures. A l’inverse, à peine un jeune sur dix est issu des classes populaires, ce qui peut s’expliquer par les frais occasionnés par un tel voyage. 

L'étude complète disponible sur le site de La Vie