Le terrorisme au coeur de la campagne présidentielle américaine

17 août 2016 Par

15 détenus de la prison de Guantanamo ont été transférés aux Emirats arabes unis. Un transfert qui ravive la question du terrorisme, sujet capital de la course à la Maison blanche.

Le plus important transfert ordonné par Barack Obama. Les Etats-Unis ont remis ce mercredi 15 détenus de Guantanamo aux Emirats arabes unis. Le président américain cherche depuis 2009 à fermer cette prison militaire, ouverte sur une base navale américaine à Cuba, après les attentats du 11 septembre. En sept ans, le nombre de prisonniers est passé de 242 à 61. 

Un transfert qui a lieu un peu plus de deux mois après la tuerie d'Orlando du 2 juin, qui avait fait 49 morts et une cinquantaine de blessés. L'auteur s'était réclamé du groupe Etat islamique. Tout comme en Europe, le risque terroriste s'impose comme sujet capital de la course à la Maison blanche, qui voit s'affronter Hillary Clinton, du côté démocrate, et Donal Trump, du côté républicain. 

Pour André Kaspi, historien et spécialiste des États-Unis, Donald Trump a déjà beaucoup misé là dessus lors de sa campagne. "Il insiste sur la nécessité de rendre aux Etats-Unis la sécurité dont ils ont besoin" explique-t-il. Et pour cela, Donal Trump prévoit de limiter les entrées de citoyens de "pays dangeureux", un contrôle aux frontières, mais aussi la construction d'un mur sur la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis. 

L'historien souligne également le relâchement des autorités et de la population américaine sur la question du terrorisme. Une "conviction que le terrorisme, c'était pour l'Europe, le Moyen-Orient, l'Afrique, mais pas l'Amérique du nord". Aujourd'hui, les américains ont bien compris que les jihadistes frappaient au contraire tous les continents et tous les pays. Et qu'il y a aussi des terroristes américains qui agissent sur le territoire américain. Les Etats-Unis sont donc logés à la même enseigne que la plupart des pays d'Europe.

00:00

00:00