Les entreprises du CAC 40 et la transition écologique

Présentée par

S'abonner à l'émission

Maison commune

mercredi 3 mars à 12h24

Durée émission : 3 min

Maison commune

L’ONG Oxfam a rendu public hier son analyse sur l’engagement des entreprises du CAC 40 pour lutter contre le réchauffement climatique.
Et là j’allais dire un constat brutal… seulement 8 entreprises sur 40 ont pris des engagements concrets pour lutter contre le réchauffement climatique.
Si toutes les entreprises font comme ces 32 grandes entreprises, le réchauffement climatique que l’Accord de Paris a défini à un maximum de 1,5° sera de 3,5°.

Rappellez nous que sont et ce que représentent les entreprises du CAC 40
D’abord CAC veut dire Cotation Assistée en Continu , c’est le principal indice boursier de la Bourse de Paris, il est déterminé à partir des cours des actions des 40 plus grandes entreprises françaises, choisies pour leur poids économique mais aussi pour représenter les principales branches d’activité et cela reflète la tendance globale de l’économie des grandes entreprises françaises.

En quoi ces entreprises sont-elles déterminantes si les autres, plus petites, sont dans les clous ?
Tout d’abord pour le principe, les leaders que ce soit économique ou politique d’ailleurs se doivent de suivre les règles et être exemplaires. Et puis de part leur taille, Total, avec 488 millions de tonnes de CO2 émises par an en émet plus que le seul territoire français. C’est colossal. Et elle n’est pas la 4ème entreprise la plus polluante en CO2 selon OXfam.

Quelles sont les autres?
Dix entreprises ont une trajectoire associée à un réchauffement supérieure à +4°C et 17 entreprises sont entre +3°C et +4°C . je vous cite les 10 premières : dans l’énergie ou associé à l’extraction, il s’agit de Vallourec / Arcelor-Mittal / Air liquide Total ; le géant de la chimie Solvay , le constructeur d’avions Dassault / et 3 banques : BNP Paribas, la Société générale et le Crédit Agricole lesquelles, en finançant les énergies fossiles, pèsent pour 40 % des émissions produites.

Le tableau est-il tout noir ?
Le tableau n’est pas tout noir, parceque, parrallèllement certaines bougent : Total par exemple investit énormément dans les énergies renouvelables : en particulier le solaire et l’hydrogène et il en fais sa façade verte.
Et cela s’appelle du green washing qui masque pour les entreprises le manque d’investissement à long terme pour effectuer leur transition écologique, les actionnaires préférant les bénéfices de court terme. On le voit en ce moment pour Danone dont les actionnaires ont débarqué un pdg pour manque de production de dividendes.
Pourtant, le coût de l’inaction sera encore bien plus supérieur.

Mais y a t il des vertueux dans le classement d’Oxfam ?

Oui ! Sur 35 entreprises analysées par Oxfam, 3 entreprises ont engagé des actions sérieuses à long terme, pris à bras le corps la question, que ce soit envers leur fournisseur, la durabilité de leur produit : il s’agit d’EDF, et des deux leaders mondiaux de produits pour les installations électriques Legrand et Schneider Electric. Ces deux dernières ont engagé depuis des années en transformation en profondeur, et en transparence. Le patron de Schneider Electric, Jean-Pascal Tricoire, - qui entre parenthèse est né à Beaupréau - son dirigeant depuis 2006 est l’un des patrons français les plus engagés dans la lutte contre le réchauffement climatique, il sauve l’honneur et, mieux, contribue à sauver notre maison commune.

Cette émission est archivée. Pour l'écouter, inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous directement si possédez déjà un compte RCF.

Les dernières émissions