Les Indiens se mobilisent après le viol d'une religieuse

« Nous voulons une Inde sans viol ». C’est un des slogans que l’on pouvait lire sur les banderoles de la foule qui manifestait, lundi, à Calcutta.

Il faut savoir qu’en Inde, une femme est violée toutes les 22 minutes et qu’une sur trois a moins de 18 ans.  

Les quelque 2000 personnes se sont réunies pour dénoncer le viol collectif qu’avait subi, vendredi dernier, une religieuse septuagénaire, dans un couvent de Ranaghat, dans l’est de l’Inde. Les Indiens, déjà écœurés par la violence faite aux femmes et à la minorité chrétienne, veulent désormais se faire entendre pour que leur société profondément patriarcale évolue.  
Régis Anouilh, rédacteur en chef d’Eglises d’Asie, nous précise les raisons de cette forte mobilisation. 

00:00

00:00