Les migrants, le pape et les marches de nos palais

Présentée par

S'abonner à l'émission

Carte blanche de François Prouteau, président de Fondacio

lundi 7 octobre à 18h25

Durée émission : 3 min

Carte blanche de François Prouteau, président de Fondacio

A travers trois évocations autour d’exposition François Prouteau évoque différents thèmes tels que les migrants, la fraternité, l’hospitalité, la misère du monde et bien d’autres...

A travers trois évocations autour d’exposition : barque, sculpture, et street art.

1ère évocation : Une barque sur notre rive – En juillet 2013, quelques mois après son élection, le pape avait choisi Lampedusa, l’île sicilienne pour son premier voyage hors de Rome. Ce geste de fraternité pour les migrants et les réfugiés à la « Porte de l’Europe » est tout un symbole. Le pape y avait fustigé la « mondialisation de l’indifférence » et la perte « du sens de la responsabilité fraternelle ». En provenance de l’ile de Lampedusa, une barque utilisée par neuf tunisiens pour traverser la Méditerranée est exposée, on pourrait dire aussi « échouée » devant la basilique d’Assise. Elle était là lors de 30 ans de la rencontre d’Assise en 2016 où nous étions avec le pape plus de 500 responsables religieux de toutes confessions et religions. La barque est là, sur notre rive. Elle nous fait signe. Nous sommes tous reliés, tous embarqués.

2ème évocation : Les anges innocents – Dans cette même veine, le pape vient d’inaugurer Place Saint Pierre à Rome, une sculpture en bronze baptisée « les anges innocents ». La statue représente sur un radeau, des migrants blottis les uns contre les autres, de diverses origines et de différentes périodes de l’histoire, nos ancêtres en itinérance … ou nos semblables, des visiteurs d’aujourd’hui. Des ailes d’ange émergent de cette sculpture inspirée de la Lettre aux Hébreux : « N’oubliez pas l’hospitalité : elle a permis à certains, sans le savoir, de recevoir chez eux des anges ». 

3ème évocation : Ecce homo à couper le souffle – On a tous entendu parler d’Avignon, de son festival chaque été, des rues de la cité entourée de ses remparts, et de son majestueux Palais des Papes. En descendant les marches de la Grande Chapelle du Palais, on découvre l’exposition qui s’y tient actuellement : l’exposition Ecce Homo, panel d’œuvres bouleversantes d’un de plus grands artistes contemporains, Ernest Pignon-Ernest. 

Du parcours de l’artiste social pionnier du street art dans des villes du monde entier, plus de 60 ans sont retracés à travers 400 œuvres, sérigraphies, dessins, photographies, collages à même de murs éventrés, d’une buanderie délabrée, d’un embarcadère de la Méditerranée, de l’entrelacs de rues, de piliers alignés, d’une porte cochère, d’un soupirail. La splendeur du palais papal avec ses voûtes, ses vitraux, et ses grands autels de pierre nue, accueille, à travers l’art contemporain, la misère du monde, lointaine et proche, très proche puisqu’on y voit représentés des foyers et des caves d’Avignon où s’agglutinent des travailleurs immigrés. Du regard porté par Ernest Pignon-Ernest sur les trottoirs, sur les barres d’immeuble lézardé, ou encore dans les prisons, surgit la douleur humaine « avec la volonté de la rendre visible dans le contrebas où l’on ne regarde jamais ». A Soweto, un homme mort du sida porté par sa mère en pieta. A Brest, la victime d’une rixe que l’on porte en croix. A Naples, un homme cadavérique émergeant d’un trou noir, à ras du sol. Comment regarder un tel spectacle ? … « et ce n’est évidemment pas sans répercussion sur le sens d’une image de mort que de la découvrir à Pâques » souligne l’artiste … « Voici l’homme, Ecce Homo ». Cette exposition à elle seule vaut le détour par Avignon pour ceux qui habitent en Provence ou y seront de passage d’ici février prochain.

L’unité de ces trois expositions est évidente ; pour moi elle se formule pleinement dans une Prière écrite par le pape François, à la fin de l’encyclique Laudato Si’ . "Les pauvres et la terre implorent : Seigneur, saisis-nous par ta puissance et ta lumière
pour protéger toute vie, pour préparer un avenir meilleur, pour que vienne ton Règne de justice, de paix, d’amour et de beauté́. Loué sois-tu. Amen. » 

Les dernières émissions

L'émission

Tous les lundis à 18h25

Tous les lundis le président de Fondacio nous partage son expérience et son regard sur l'actualité et sur le monde.

Le présentateur

François Prouteau

François Prouteau est le président du mouvement Fondacio