Les persécutions de chrétiens ont augmenté en 2018

17 janvier 2019 Par

​4.305 chrétiens ont été tués en raison de leur croyance l’an dernier. Cela représente une augmentation de 40% par rapport à l’an dernier.

C’est l’un des chiffres marquants avancés par l’ONG Portes ouvertes dans son index annuel publié mercredi 16 janvier. Une persécution plus étendue, plus profonde et plus violente.
 

Cette année, l’index montre une forte augmentation du nombre de chrétiens dans le monde. Quels sont les chiffres les plus marquants ?

"Le chiffre principal, c’est le nombre de chrétiens persécutés qui passe à 245 millions. Cela représente un chrétien sur neuf. Le nombre de pays où nous voyons la persécution, augmente lui aussi avec 73 pays, soit une augmentation de 20%. Et puis ensuite, le nombre de chrétiens tués est également un chiffre qui augmente. Il y a plus de chrétiens tués dans le seul pays du Nigeria que tous les chrétiens tués l’an dernier dans le monde" explique Michel Varton, directeur de l’ONG Portes ouvertes.
 

Quand on parle de persécutions, de quoi parle-t-on ?

"On parle de plusieurs aspects. Il y a l’étau, qui est la pression de tous les jours. La pression qui peut venir de la famille, de la société, de l’Etat, des lois : la diffamation, la discrimination. Et puis il y a la violence : les personnes tuées, kidnappées, mariées de force, les églises brûlées" ajoute-t-il.
 

Quelles sont les régions les plus concernées, les pays les plus néfastes pour les chrétiens, et les raisons de cette persécution ?

"Cela se passe au Moyen-Orient même si ça se calme un peu aujourd’hui parce que le groupe Daech est plus ou moins éliminé. Mais là où nous voyons une augmentation importante, c’est en Afrique subsaharienne où il y a des problèmes aujourd’hui entre la population chrétienne, qui est là depuis longtemps, qui est bien installée, et une population musulmane qui descend vers le Sud à cause de la désertification. Il y a confrontation entre ces deux populations. Les musulmans viennent souvent armés, et attaquent les villages. C’est vraiment quelque chose que nous voyons au Nigeria par exemple. Mais il y a aussi beaucoup de groupes jihadistes en Afrique, une trentaine, qui veulent répandre la foi musulmane par la violence" précise le directeur de Portes ouvertes.
 

Y-a-t-il des moyens de lutter contre ces persécutions ?

"Il y a deux aspects : l’aspect humanitaire, pratique, sur place, pour aider la population chrétienne à porter des projets qui vont affirmer les églises, qui vont répondre aux besoins des gens. Et ici en Occident, nous pouvons alerter les autorités, faire savoir ce qu’il se passe" conclut Michel Varton.
 

Michel Varton, directeur de l'ONG Portes ouvertes:

00:00

00:00