Les primaires renforcent-elles la démocratie?

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le Temps de le dire

jeudi 31 mars 2016 à 9h03

Durée émission : 55 min

Le Temps de le dire

© BERTRAND GUAY, THOMAS SAMSON, JOEL SAGET, STEPHANE DE SAKUTIN, PIERRE ANDRIEU, SEBASTIEN BOZON, JEAN-PIERRE MULLER, PASCAL PAVANI, JEAN-FRANCOIS MONIER AFP

Depuis le succès des premières primaires en 2011, ces nouvelles étapes électorales apparaissent incontournables même si leur mise en place est loin d'être une évidence.

Sur le papier il s'agit de donner aux électeurs de gauche et de droite la possibilité de choisir leur poulain. Ce qui semble en principe d'une simplicité enfantine, cependant le passage au réel prouve le contraire. Pour Laurent Greilsamer, en chef de l’hebdomadaire Le Un, "c’est une invention très récente et qui s’est imposée dans les années 2000. Cela consiste au sein d’une famille politique à enlever le choix du candidat à la présidentielle au parti, et de la confier à un électorat plus large. C’est une confiscation d’une décision fondamentale pour la remettre à des électeurs."

Quoi qu'il en soit, les états-majors des partis sont sur le pied de guerre pour trouver la formule qui ne lésera personne tout en privilégiant leur champion, une équation évidemment impossible à tenir que ce soit au PS et chez Les Républicains. Pour Michel Urvoy, journaliste chez Ouest France, la montée de ces primaires coïncide en France avec la poussée de l'opinion publique, qui demande à pouvoir davantage s'exprimer, via les mouvements citoyens notamment.

A droite les choses sont bien avancées, et mardi s'est tenu un bureau politique des Républicains, qui a durci la procédure de parrainage des candidats à la primaire. Ce qui risque de compliquer les choses pour une bonne partie des dix candidats actuellement sur la ligne de départ de cette course. Une course qui se déroulera sans le centte qui a préféré avancer en solo.

A gauche tout semble plus fragile. Le jeudi est traditionnellement le jour de réunion du comité de liaison pour la primaire. Mais le PS est affaibli par l'image donnée par l'exécutif actuel, par ses divisions internes. La dernière en date, le projet de réforme du code du travail, fait descendre ce jeudi plusieurs milliers de personnes dans la rue. Pas sûre que l'entente de façade y survive.

Mais au-delà de la cuisine des partis, on peut s'interroger sur le bien fondé de ces primaires : est-ce un surcroit de démocratie, une occasion de redonner du pouvoir au citoyen, ou est-ce une nouvelle dérive de la politique spectacle ? Enfin, cette introduction du système  des primaires a-t-elle déjà des conséquences sur la vie politique française ?
 

Invités

  • Anne-Lorraine Bujon , rédactrice en chef de la revue Esprit

  • Michel Urvoy , directeur de la rédaction parisienne de Ouest France

  • Laurent Greilsamer , rédacteur en chef de l’hebdomadaire Le Un

  • Frédéric Casadesus , journaliste politique à l’hebdomadaire protestant Réforme

Les dernières émissions

L'émission

Tous les jours du lundi au vendredi, à partir du lundi 4 septembre 2017

La grande émission interactive pour aborder tous les sujets de société, qui font l'actualité. Antoine Bellier reçoit ses invités pour réfléchir, approfondir, apprendre et donner du sens à tous les sujets du moment. Posez vos questions ou témoignez en direct pendant l’émission 04 72 38 20 23 ou par mail à l'adresse letempsdeledire[arobase]rcf.fr.

Le présentateur

Stéphanie Gallet

Journaliste à RCF depuis plus de 16 ans, Stéphanie s’intéresse à tout et tout l'intéresse. Elle aime les gens et voyage sans écouteurs.  Elle a presque tout appris en Bourgogne et garde dans son cœur un petit village du Minervois même si elle porte fièrement les couleurs de la Seine-Saint-Denis.