Les vœux de François Prouteau

Présentée par

S'abonner à l'émission

Carte blanche de François Prouteau, président de Fondacio

lundi 6 janvier à 18h25

Durée émission : 3 min

Carte blanche de François Prouteau, président de Fondacio

Ce temps du nouvel an est plein de grâce. Un moment, nous avons suspendu nos activités quotidiennes, notre travail et nos engagements, pour faire silence et prier de nos vœux les plus chers : souhaiter le meilleur, la santé, le bonheur et la paix à nos proches, notre famille, nos amis, nos entreprises quelles qu’elles soient… Alors chers amis et auditeurs de RCF, bonne année 2020.

Cette émission est archivée. Pour l'écouter, inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous directement si possédez déjà un compte RCF.

En ce jour de l’Épiphanie, brillent la lumière de Noël et la chaleur partagée à l’occasion des vœux. 

Alors chers amis et auditeurs de RCF, bonne année 2020.
Ce temps du nouvel an est plein de grâce. Un moment, nous avons suspendu nos activités quotidiennes, notre travail et nos engagements, pour faire silence et prier de nos vœux les plus chers : souhaiter le meilleur, la santé, le bonheur et la paix à nos proches, notre famille, nos amis, nos entreprises quelles qu’elles soient. Cette pluie de vœux n’est jamais vaine quand ce sont des paroles de bénédiction et de promesse qui irriguent nos cœurs et germent secrètement dans nos vies, toute l’année durant et plus encore.
En ce temps de fête, la clarté de l’Aurore dont parlent les Écritures veut éclairer et raviver, nos coopérations habituelles pour construire un monde plus humain et plus juste. Notre monde en a bien besoin car, de toute évidence, il ne tourne pas bien rond. Ce n’est pas nouveau, mais l’actualité de ces derniers jours nous préoccupe, qu’ils s’agissent des conflits provoqués par les réformes nécessaires mais incertaines dans notre pays, ou des événements graves en Iran ou des incendies dévastateurs en Australie. 
Frédéric Boyer, dans son bloc-notes du nouvel an, se souvient que sa mère répétait souvent « Le monde ne tourne pas rond », et qu’un jour, il lui a dit doucement : « Je crois que nous non plus ». « C’est le paradoxe. Si on veut aller bien, et nous souhaiter aujourd’hui une bonne année, il faudra s’occuper des efforts absurdes et inconsidérés que nous mettons à faire que le mal existe pour nous – tout ce qui ne va pas dans le monde, comme dans le cœur de chacun » (in La Croix L’Hebdo, 4 janvier 2020).
C’est ce que souligne à sa manière le film de Terrence Melick, « Une vie cachée » au box-office depuis quelques semaines. « Une vie cachée » raconte l’engagement jusqu’au martyr de Franz qui écoute sa conscience profonde et refuse de prêter allégeance à Hitler, durant la seconde guerre mondiale. La conscience est « le centre le plus secret de l’homme », son « sanctuaire » (Vatican II, Gaudium et Spes). La décision radicale de Franz Jagerstratter met en lumière la délicatesse de la conscience éclairée par la foi et l’amour du monde : chez lui, aucune trace de violence. Mettre en lumière « une vie cachée », c’est montré la Vie secrète qui animent des vies cachées, à travers les liens entre Franz et son épouse, et avec leurs enfants. Car le film est aussi une symphonie pastorale qui, par la beauté des images, reflète la noblesse du travail de la ferme et de la vie dans la nature. Dans cette famille qui cultive la terre, « amour et vérité se rencontrent ; justice et paix s’embrassent » (Psaume 84, 11), et accompagnent le chemin de fidélité et de vie de chacun avec chaque autre.
N’est-ce pas ce que l’on peut se souhaiter à nous aussi… de tels embrasements en s’offrant nos vœux ?

Nos meilleurs vœux !

Les dernières émissions

L'émission

Tous les lundis à 12h11

Tous les lundis le président de Fondacio nous partage son expérience et son regard sur l'actualité et sur le monde.

Le présentateur

François Prouteau

François Prouteau est le président du mouvement Fondacio