Libye: l’embargo sur les armes pourrait être partiellement levé

17 mai 2016 Par

En accord avec la communauté internationale, le gouvernement libyen pourrait lever partiellement l’embargo sur les armes qui touche le pays.

La communauté internationale, représentée par les pays voisins de la Libye, l’Union africaine, la Ligue arabe, l’Union européenne et les Etats-Unis, n’arrive toujours pas à se mettre d’accord sur une éventuelle intervention militaire dans ce pays menacé par l’Etat islamique.  Pour pallier ce désaccord, cette dernière réunie à Vienne lundi 16 mai dernier, a toutefois décidé d’apporter un soutien militaire au gouvernement d’union de Fayez el-Sarraj afin de combattre les terroristes sur son territoire.

Une aide militaire qui devrait s’articuler autour de deux volets. Le premier devrait consister en des livraisons d’armes pour l’armée régulière, afin de combattre le terrorisme, incarné en particulier par l’Etat islamique, très présent en Libye. Une décision délicate tant l’instabilité politique continue de régner sur ce pays, depuis la chute de Khadafi.

L’autre volet pourrait être la levée partielle de l’embargo sur les armes, en vigueur en Libye depuis 2011. Il s’agit là d’une demande du gouvernement d’union, qui a été débattue par la communauté internationale, et qui devrait continuer de faire l’objet de discussions, tant, là encore, le sujet reste délicat. Le risque d’armer des groupes tribaux et d’enflammer cette région est évidemment bien présent.

Pour la communauté internationale, cet embargo pourrait être levé partiellement si et seulement si le gouvernement utilise ces armes afin de sécuriser son pays, et lutter contre le groupe Etat islamique. En parallèle de cette dérogation, la communauté internationale souhaite renforcer le contrôle de l’embargo contre les factions rivales du gouvernement, ainsi que les exportations pétrolières, afin de minimiser les risques de conflit interne.