L'ordination diaconale bientôt ouverte aux femmes?

2 août 2016 Par

Le pape François a nommé ce mardi une commission d'étude sur les femmes diacres. Une annonce historique, qui soulève de nombreuses questions.

C'est une démarche potentiellement historique sur la place des femmes dans l'Eglise catholique. Le pape François a nommé ce mardi (2 août) une commission d'étude sur le rôle des femmes diacres dans l'Histoire. 

Le Vatican a déjà évoqué les missions qui incombent à cette commission, composée de 13 membres dont six femmes. Elle sera chargée d'examiner le rôle des femmes, qui ont occupé ces fonctions aux "premiers temps de l'Eglise". Présidée par Mgr Luis Francisco Ladaria Ferrer, jésuite espagnol et secrétaire de la Congrégation pour la doctrine de la foi, la commission d'étude réunit des prêtres, des religieuses et des expertes universitaires. 
 

Les enjeux de cette annonce 

Une annonce qui soulève de nombreuses questions. Il est important de reconnaître ce que les femmes apportent à l'Eglise et de vouloir rapprocher les réalités ecclesiastiques des réalités de la société, mais le diaconat ne reste-il pas une vocation? Ordonner des femmes diacres leur ouvrira-t-il la voie à la prêtrise? Dans quelle mesure des femmes pourraient prêcher au cours de la messe? Et qu'en est-il des subtilités entre diacres permanents et diacres ordonnés en vue du sacerdoce? (retrouvez les différences entre ces deux statuts dans notre article, publié en mai dernier). 
 

>> Réécouter ici Le temps de le dire sur le diaconat féminin.

Mais la question que tout le monde se pose, c'est surtout de savoir si cette commission est le signe d'un accès des femmes au diaconat. Selon Mgr Bouilleret, archevêque de Besançon et président de la Commission épiscopale pour les ministres ordonnés et les laïcs en commission ecclésiale, on en est encore loin. Il est au micro d'Aurore Dumser. 

00:00

00:00

Interrogé le 12 mai dernier sur l'ouverture de l'ordination diaconale aux femmes, le pape François s'était déclaré favorable à l'institution de cette commission d'étude. "Constituer une commission officielle pour étudier la question? Je crois, oui. Il serait bon pour l’Église de clarifier ce point. Il me semble utile qu’une commission étudie la question." avait-il déclaré, répondant à l'une des 900 religieuses réunies alors au Saint-Siège. Des propos qui avaient amplement été repris - voire interprétés dans la presse. 

 

Sur le même thème :