Lutter contre la radicalisation des jeunes: pour Jean-Marie Petitclerc "la clé, c’est la prévention"

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le Grand Invité

vendredi 8 décembre à 8h10

Durée émission : 15 min

 Lutter contre la radicalisation des jeunes: pour Jean-Marie Petitclerc "la clé, c’est la prévention"

© 2017 Salvator Editions- Jean-Marie Petitclerc

Dans son livre "Prévenir la radicalisation des jeunes", le père Jean-Marie Petitclerc interpelle l'Etat quant à l'avenir et aux modèles proposés aux jeunes.

"Prévenir la radicalisation des jeunes": le titre du nouvel essai (Ed. Salvator) du père Jean-Marie Petitclerc se veut à contre-courant des tentatives de déradicalisation multipliées par le gouvernement.  Alors que Le Figaro comptait près de 2000 mineurs sous emprise de Daesch en 2016, l'éducateur salésien revient sur l'urgence d'accompagner les jeunes de manière personnalisée et constructive.

DÉFAIRE LES ILLUSIONS MORTIFÈRES

Jean-Marie Petitclerc n’aime pas le mot "déradicalisation". En effet explique le prêtre, "c’est étrange de considérer ce travail qui consiste à détecter, incarcérer et déradicaliser comme si c’était  un processus lambda." Pour lui, il ne s’agit pas de déradicaliser, mais "d’aider et accompagner un jeune qui a basculé dans une illusion mortifère pour les remettre sur le chemin de la vie."

"L’essentiel est la prévention"

Le choix de mineurs volontaires pour participer au djihad interroge le père Petitclerc. Il y voit plusieurs facteurs. Le premier est d’ordre relationnel. "Ces jeunes sont en quête de reconnaissance et s’isolent. Ils sont donc appâtés par des gens qui se présentent comme leurs amis et leur disent combien ils ont de la valeur, et qu’on a  besoin d’eux", estime le père Petitclerc.

L’ÉCHEC DU MODÈLE RÉPUBLICAIN

Le père Petitclerc fustige aussi la politique actuelle de la ville,  "fondée sur zonage". "Dans les quartiers de banlieue, la République n’est pas à la hauteur des attentes des jeunes." Pour le prêtre éducateur, il est dur pour un jeune au summum de sa force de se retrouver condamné à l’inactivité, avec le chômage comme seule ligne d’horizon. "Ils ont envie de faire quelque chose d’intéressant de leur vie. La véritable question que je pose ainsi à nos gouvernements est: qu’est-ce qu’on leur propose?"

"La République n'est pas à la hauteur des attentes des jeunes"

Le 14 novembre à Tourcoing, Emmanuel Macron a annoncé la création d’une quinzaine de plans de lutte contre la radicalisation début 2018. Rappelant l’échec des centres de déradicalisation mis en place sous le quinquennat précédent, le père Petitclerc s’insurge: "Il est ahurissant de nous faire croire que les jeunes sous emprise vont s’inscrire d’eux-mêmes. Il faut des moyens pour les accompagner, et non des grandes causeries sur la citoyenneté républicaine."

L’ACCOMPAGNEMENT ET LA PRÉVENTION

Autre lieu de tension identifié par Jean-Marie Petitclerc: l’école. "Il faudrait permettre aux élèves qui souhaitent apprendre l’arabe de le faire à l’école. Pour l’instant, la République renvoient 1200 gamins à l’école coranique où ils reçoivent cet enseignement." D’après lui, il faudrait apprendre l’arabe avec d’autres textes que le Coran, et que l’école "puisse être ce lieu de dialogue et d’esprit critique." Il souligne également la nécessité d’un accompagnement personnalisé, car les "familles sont décalées face au phénomène un peu nouveau".

"Comme disait Don Bosco: commençons par prévenir"

"La priorité, c’est l’éducation de la mobilité pour vivre des expériences ailleurs que dans le même quartier." Le gouvernement fournit aux éducateurs un livret de prévention qui ne suffit pas d’après Jean-Marie Petitclerc. "Souvent, nous faisons un travail de rue car il faut aller à la pêche des jeunes radicalisés. Il faut donc se donner des moyens pour réinvestir le travail social de proximité."
 
 
 
 

 

Invités

  • Père Jean-Marie Petitclerc , Prêtre salésien, éducateur spécialisé

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 8h10

Chaque matin, Stéphanie Gallet reçoit une personnalité au cœur de l’actualité nationale ou internationale. Décryptage singulier de notre monde et de ses enjeux, mais aussi découverte d’un parcours, d’un engagement. Au cœur de la grande session d’information du matin, une rencontre quotidienne pour prendre de la hauteur avec bienveillance et pour donner du sens à l’information.  

Le présentateur

Stéphanie Gallet

Journaliste à RCF depuis plus de 16 ans, Stéphanie s’intéresse à tout et tout l'intéresse. Elle aime les gens et voyage sans écouteurs.  Elle a presque tout appris en Bourgogne et garde dans son cœur un petit village du Minervois même si elle porte fièrement les couleurs de la Seine-Saint-Denis.