Mal-logement : pour la Fondation Abbé Pierre, le gouvernement n'a pas tenu ses engagements

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le Grand Invité

mardi 31 janvier 2017 à 7h50

Durée émission : 15 min

Le Grand Invité

© ETIENNE LAURENT AFP

Quatre millions de personnes mal logées en France, douze millions de personnes fragilisées, ce sont les principaux chiffres du rapport annuel publié par la Fondation Abbé Pierre.

La situation du mal logement continue de se dégrader. "C’est une tendance née au début des années 2000, à cause du marché de l’immobilier qui est devenu fou. Et après 2008, c’est la crise économique et sociale qui a beaucoup fragilisé les ménages des quartiers populaires. Le résultat, c’est une crise du logement qui s’enracine, voire qui s’aggrave à bien des égards" explique Manuel Domergue.

Parmi les 14 millions de personnes que la Fondation Abbé Pierre comptabilise, il y a en premier lieu les mal logés, au nombre de quatre millions. "C’est un chiffre assez divers, puisqu’il compte à la fois les personnes qui n’ont pas de logement, qui vivent parfois à la rue, en centre d’hébergement, ou celles qui vivent dans des conditions de logement très inconfortables. Des réalités très diverses" ajoute le directeur des études de la Fondation Abbé Pierre.

Reste ensuite douze millions de personnes, fragilisées par le mal logement. D’autres situations assez diverses, pour Manuel Domergue. "Ce sont les personnes qui ont froid chez elles, les personnes qui sont en surpeuplement modéré, les personnes qui sont en impayé de loyer et donc potentiellement expulsables et celles à qui il reste très peu d’argent à la fin du mois pour vivre, après avoir payé le loyer" explique-t-il à ce sujet.

En 2012, François Hollande avait signé le contrat social de la Fondation Abbé Pierre. Cinq ans après, le gouvernement n’a pas tout à fait tenu ses engagements. "On ne peut pas dire qu’ils ont tenu leurs engagements contrairement à ce qu’ils disent. Les engagements étaient très précis, chiffrés : 150 000 logement sociaux construits chaque années (on a plutôt été autour de 110 000). Mais dans les logements sociaux construits chaque année, beaucoup sont encore trop chers pour les ménages populaires. On est loin du compte également pour les constructions de logements neufs" ajoute ce spécialiste.

Tout n’est heureusement pas noir dans ce tableau. "Le confort moyen des logements s’améliore depuis des décennies. Les ménages sans confort sanitaire de base représentent moins de 1 % des logements. On continue de s’améliorer sur ce domaine, car les normes de construction s’améliorent. Par ailleurs, la lutte contre la précarité énergétique s’améliore également. On est quand même loin du compte" confie Manuel Domergue.

Chaque année, la Fondation Abbé Pierre propose plusieurs solutions. « On propose un grand plan appelé "plus personne sans logements, zéro SDF c’est possible ». En cinq ans dans les villes moyennes, en dix ans dans les grandes métropoles. Il faut jouer sur plusieurs leviers à la fois : les logements sociaux, la mobilisation du parc privé avec des incitations fiscales claires" précise-t-il.

La question du logement n’a quasiment pas été évoquée depuis le début de la campagne électorale. La Fondation Abbé Pierre va donc interpeller les candidats en leur demandant de s’engager sur des choses précises.  

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 8h10

Chaque matin, Stéphanie Gallet reçoit une personnalité au cœur de l’actualité nationale ou internationale. Décryptage singulier de notre monde et de ses enjeux, mais aussi découverte d’un parcours, d’un engagement. Au cœur de la grande session d’information du matin, une rencontre quotidienne pour prendre de la hauteur avec bienveillance et pour donner du sens à l’information.  

Le présentateur

François Ballarin