Mgr Antoine de Romanet: "Au coeur de l'armée se trouve une relation paisible entre la République et les cultes"

Présentée par UAC-28183

S'abonner à l'émission

Le Grand Invité

jeudi 7 septembre 2017 à 8h10

Durée émission : 12 min

Mgr Antoine de Romanet: "Au coeur de l'armée se trouve une relation paisible entre la République et les cultes"

© 2017- Diocèse aux armées

Quelques jours avant son ordination épiscopale, le père Antoine de Romanet explique à Stéphanie Gallet l'exemplarité des liens entre les cultes et l'Etat dans l'armée pour la société.

Cette émission est archivée. Pour l'écouter, inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous directement si possédez déjà un compte RCF.

Ce sont désormais 219 aumôniers militaires et près d'un million de soldats avec leur famille dont le père Antoine de Romanet aura la charge. Nommé évêque aux armées le 28 juin dernier par le Pape François, l'ancien curé de la paroisse Notre Dame d'Auteuil sera ordonné le dimanche 10 septembre à Notre Dame de Paris, "en la fête de Saint Irénée, ce n'est pas rien", comme il se plaît à souligner. Il succède ainsi à Mgr Luc Ravel, envoyé pour sa part, à la tête du diocèse de Strasbourg.

ETRE UN LIEN ENTRE TOUS

A l'initiative de Jean Paul II en 1986, le diocèse aux armées a la particularité d'être transterritorial. Une expérience qui est familière avec Monseigneur de Romanet qui a vécu 17 ans dans divers pays. L'enjeu d'unification est donc de taille. "Il s'agit d'être un lien et un ferment de l'évangile au coeur de cette réalité plus que jamais décisive qu'est l'armée. Le coeur de la mission c'est de porter l'Evangile", insiste-t-il.
Pour lui, la charge est double puisqu'il lui faut articuler ses responsabilités au diocèse aux armées avec celles de l'aumonerie catholique des armées.

Il y côtoie les différentes aumôneries militaires de l'armée française. Une opportunité de vivre l'œcuménisme qu'il voit d'un très bon oeil: "Cette association des quatre cultes peut être l'occasion d'une diffusion heureuse de fraternité et d'amitié. Il s'agit de construire la paix. "

L'ARMÉE, LIEU D'ENSEIGNEMENT

Monseigneur de Romanet souligne le lien fort qu'entretiennent les soldats de différentes confessions avec les aumôniers, ainsi que la sollicitation de l'évêque aux armées par les dirigeants au moment des grandes décisions. Il constate un rapport harmonieux, presque absent par ailleurs et qui devrait pourtant, selon lui, être suivi par le reste de la société française.

"Au coeur de nos armées se trouve une relation paisible entre la République et les cultes" 

ACCOMPAGNER LES SOLDATS SOUFFRANTS PAR L'ECOUTE

La réalité de la guerre reste dure, où qu'elle soit. Monseigneur de Romanet l'a expérimenté lors de sa première visite sur le terrain, qu'il a choisi de faire à Vincennes, durant une une Opération Sentinelle. "J'ai pris mesure des difficultés familiales dont la hiérarchie est consciente", raconte le futur évêque. 

Une souffrance qui s'est illustrée de manière douloureuse le 25 août 2017, lorsqu'un jeune soldat s'est donné la mort avec son arme de service. "Nous [la présence spirituelle et catholique, ndlr] avons trouvé notre place dans une écoute et un appui dans cet événement qui touche le coeur."

QUID DE LA PAROLE DE L'EGLISE AU SEIN DE L'ARMÉE?

L'évêque a-t-il son mot à dire concernant les questions ethiques soulevées par l'achat et l'utilisation de drônes au Mali?

"Beaucoup de choses se font dans le dialogue."

Monseigneur de Romanet reste prudent:  "Beaucoup de choses se font dans le dialogue. Ce sujet, je l'ai évoqué avec des responsables de haut niveau, notamment avec les personnes qui sont chargées de ces réflexions au ministère de la Défense. L'Eglise a effectivement à porter une lumière et des convictions au sein des discussions.

Invités

  • Antoine de Romanet, Evêque aux armées

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 8h10

Chaque matin, Simon Marty reçoit une personnalité au cœur de l’actualité nationale ou internationale. Décryptage singulier de notre monde et de ses enjeux, mais aussi découverte d’un parcours, d’un engagement. Au cœur de la grande session d’information du matin, une rencontre quotidienne pour prendre de la hauteur avec bienveillance et pour donner du sens à l’information.  

Le présentateur

Stéphanie Gallet

Journaliste à RCF depuis plus de 16 ans, Stéphanie s’intéresse à tout et tout l'intéresse. Elle aime les gens et voyage sans écouteurs.  Elle a presque tout appris en Bourgogne et garde dans son cœur un petit village du Minervois même si elle porte fièrement les couleurs de la Seine-Saint-Denis.