Mgr François Kalist, nouvel archevêque de Clermont

Mgr François Kalist, évêque de Limoges a été nommé mardi 20 septembre archevêque de Clermont. Il succède à Mgr Hippolyte Simon qui a démissionné au printemps pour des raisons de santé.

Clermont connaît son nouvel archevêque. Ce sera Mgr François Kalist, évêque de Limoges. Il a été nommé mardi 20 septembre. Son prédécesseur, Mgr Hippolyte Simon avait démissionné le 17 mars 2016 pour des raisons de santé. 

Une nomination "surprise"

Mgr Kalist, né le 30 octobre 1958, a été ordonné prêtre le 21 décembre 1986. Sa nomination au poste d'évêque date de 2009, le 25 mars. Il est ensuite consacré le 17 mai. Mgr Kalist est actuellement co-président du Comité mixte catholique/luthéro-réformé. 

Mgr François Kalist a commencé comme vicaire de la paroisse de Vierzon jusqu'en 1999. En parallèle, il assure des cours de théologie au séminaire interdiocésain d'Orléans et dirige même le second cycle. Il devient ensuite responsable diocésain de la formation permanente et prend en charge les paroisses de Levroux, Valençay et Chabris puis celles d’Henrichemont, Saint-Martin-d’Auxigny et Les Aix-d’Angillon. Dans le même temps, il est vicaire épiscopal chargé de la proposition de la foi. 
 

"Favoriser le travail entre églises"

En 2009, il est nommé évêque de Limoges. Sept ans plus tard, c'est la nomination d'évêque de Clermont qui l'attend. Une nomination qu'il prend avec "surprise". "Je me trouvais bien à Limoges", explique-t-il, "j'avais quelques projets avant cet appel inattendu". Concernant son nouveau rôle, Mgr Kalist reconnaît ne pas bien connaître le diocèse de Clermont, mais avoir visité le Puy-de-Dôme. En tant qu'archevêque, il compte encourager le travail en commun et favoriser les échanges entre églises. 

La réaction complète de Mgr François Kalist

00:00

00:00

L'archevêque de Clermont, Mgr Hippolyte Simon, a adressé sa  lettre de démission au pape François en février 2016. Le 17 mars 2016, le Saint-Père l'a accepté. Mgr Simon, 72 ans, en rémission d'un cancer du rein, doit subir de lourds traitements. Il avait été nommé évêque de Clermont en 1996, puis archevêque métropolitain de la province d’Auvergne en 2002. En 2007, il avait été élu vice-président de la conférence des évêques de France.