Mgr Rey à la rencontre des chrétiens de Syrie

3 avril 2016 Par

© 2016 RCF Méditerranée - Mgr Dominique Rey et la délégation reçus par le patriarche Grégoire III Laham, patriarche d'Antioche et de tout l'Orient, d'Alexandrie et de Jérusalem des melkites.

L'évêque du diocèse de Fréjus Toulon s'est rendu une nouvelle fois en Syrie avec une délégation d'une quarantaine de personnes.

Après s'être rendu en août 2015 en Syrie, Monseigneur Dominique Rey est de nouveau parti à la rencontre des chrétiens d'Orient. Accompagné d'une délégation d'une quarantaine de personnes, l'évêque de l'Eglise du Var s'est rendu à Damas, Yabroud, Homs ou encore Maaloula. Objectif de ce voyage : sensibiliser les personnes qui l'accompagnent à la situation des chrétiens de Syrie et concrétiser le projet de jumelage entre le diocèse de Fréjus Toulon et celui de Homs. Les explications de Mgr Rey...

Lundi 28 mars toute la délégation s'est envolée direction Beyrouth au LIban puis un bus nous a conduit jusqu'à Damas. Un long périple rythmé par des barrages policiers. Après une bonne nuit de sommeil, nous sommes partis sur les traces de st Paul. Nous avons ensuite été reçus par le patriarche greco catholique melkite de Damas, Grégoire III Laham. Même si la situation est plutôt calme dans la capitale malgré quelques obus qui tombent encore dans certains quartiers de la ville, la population a plus que jamais besoin de soutien et se trouve dans une situation de très forte précarité.

Après deux jours passés à Damas, Monseigneur Dominique Rey et la délégation qui l'accompagne se sont rendus mercredi 31 mars dans les premières villes qui se sont soulevées lors de la révolution syrienne en 2011. Dans quel état sont elles ? Comment vit la population ? le reportage à Yabroud et Qousseir ...

   Yabroud : la basilique de la Vierge      
Yabroud : la basilique de la Vierge

   
Qoussaïr

Jeudi 1er avril. Une journée très émouvante pour la délégation. Nous nous sommes rendus à Homs. C'est la troisième ville la plus peuplée de Syrie, située à 100 kilomètres de Damas. La ville est considérée comme le bastion du soulèvement contre le régime du président Bachar el-Assad et est parfois appelée la « Capitale de la Révolution » par les opposants au régime. Les revendications des premières manifestations, dès 2011, ont d'emblée été plus religieuses que politiques. Contrairement à d'autres zones de Syrie, ici, on a entendu très tôt le slogan: «Les Chrétiens à Beyrouth, les Alaouites au tombeau». Jusqu'à 16 groupes rebelles ont affronté l'armée du régime, dans des combats très violents. L'aviation de l'armée syrienne a pilonné la ville, réduisant à l'état de gravats des quartiers entiers, dont celui, central, d'Hamidye où résidaient nombre de chrétiens, et que les rebelles ont occupé. Venu en Syrie avec une délégation d'une quarantaine de personnes, Mgr Dominique Rey a célébré en présence de Mgr Jean Abdo Arbarch, archevêque grec catholique mélkite de l'archi éparchie de Homs, Yabroud et Hama une messe, la deuxième depuis la fin des combats, dans la cathédrale melkite Notre-Dame de La Paix. Pendant les combats, elle servait d'hôpital de campagne pour le front Al-Nosra.

A l'issue de la messe, les évêques Monseigneur Dominique Rey et Monseigneur Jean Abdo Arbach ont symboliquement jeté une pelle de ciment, dans un trou creusé par l'explosion d'une bombe placée sous la cathèdrale quelques jours seulement après la libération de Homs. Heureusement, l'église était vide lors de la déflagration.

Quelques photos de Homs aujourd'hui :

   

  

Dernière étape de notre périple : Maaloula. Un village montagneux de Syrie à majorité chrétienne au nord-est de Damas. Il présente la particularité d'abriter une population qui parle encore l'araméen. Le village, relativement épargné par les attaques jusqu'à l'été 2013, est tombé aux mains des islamistes du front al-Nosra le 7 septembre 2013. Un certain nombre d'habitants a pris la fuite, des chrétiens ayant été pris en otages par des djihadistes. Immédiatement après, l'armée de l'air syrienne a mené des raids contre les positions rebelles. L'armée syrienne a par ailleurs lancé une opération afin de reprendre la ville, repoussée tout d'abord à la suite de l'arrivée de renforts djihadistes, puis aboutie le 19 septembre 2013.
Le 1er décembre 2013, les islamistes se sont ré-emparés de la ville et ont enlevé douze religieuses du monastère orthodoxe de Sainte-Thècle, finalement libérées en mars 2014 contre des prisonniers du régime syrien. Les djihadistes commettent un « véritable massacre archéologique », pillant l'église conventuelle, un des plus vieux édifices chrétiens du monde, datant du début du IVe siècle, détruisant des icones exceptionnelles.Le village est libéré de l'emprise islamique le 14 avril 2014. Le Père Toufiq Eid, est le prêtre de la paroisse grecque catholique melkite de la ville nous le retrouvons au monastère des Saints Serge et Bacchus qui domine Maaloula.

Trois Maaloulites sont morts d’une balle dans la tête pour avoir refusé la conversion à l’islam. En août dernier, Mgr Dominique Rey avait rencontré la famille de l’un d’entre eux, lors d’une visite particulièrement émouvante. À l’issue d’un bref passage dans le village, l’évêque français s’échappe un instant pour aller saluer cette famille dans l’intimité.

 

2 avril : La fin du voyage. Après 5 jours riches en émotion et en rencontres, chacun des participants est rentré chez lui. Pour Mgr Dominique Rey même si ce séjour est terminé, le pèlerinage lui ne fait que commencer...

Même sentiment du côté des participants. Je vous propose d'écouter les témoignages de RET et Edouard.