Mgr Ulrich: "tous les baptisés ont vocation à exercer des responsabilités dans l'Eglise"

9 novembre 2015 Par

Interrogé par Benjamin Rosier, Mgr Laurent Ulrich, archevêque de Lille, est revenu sur la place de la femme, au sein de l'Eglise.

La place de la femme dans l'Eglise continue de susciter de nombreux débats. De la prise de responsabilité, au diaconat, le rôle de la femme au sein de l'Eglise donne aux évêques matière à de nombreuses interrogations. Le groupe de travail épiscopal intitulé "hommes et femmes dans l'Eglise" a rendu ses conclusions lors de l'Assemblée plénière d'automne des évêques de France. Après deux ans de travaux et l'invitation du pape François à donner toute sa place aux femmes dans la prise de responsabilités diverses au sein de l'Eglise, il s'agit pour l'épiscopat français de franchir une étape. C'est la conclusion de Mgr Laurent Ulrich. 

Pour l'archevêque de Lille, "tous ceux qui sont baptisés, qu’ils soient homme ou femme, ont une certaine vocation à être serviteur dans l’Eglise et donc à y exercer des responsabilités". Il ajoute qu'"il faut faire en sorte que des hommes et des femmes participent aux responsabilités dans l’Eglise, quoi qu’il en soit de la question de l’ordination, qui est une autre question".

Selon Mgr Ulrich, "c’est un objectif qui est important pour la plupart des évêques. Certains peuvent sentir des réticences à aller trop loin, étant donné la tradition masculine de l’Eglise. Mais la plupart d’entre nous sont conscients du fait que l’exercice de la responsabilité et la question de l’ordination ne sont pas à mettre au même plan."

Au numéro 102 de son exhortation apostolique "La joie de l’Evangile", le pape François insiste sur le fait d’étudier toutes les possibilités pour que les femmes participent à la responsabilité dans l’Eglise. "L’une des préconisations est que les femmes soient davantage investies dans l’enseignement de la foi. Il y a de plus en plus de femmes qui sont théologiennes" affirme l'archevêque de Lille. Raappelant les paroles de Benoît XVI et de Jean-Paul II sur la question, Mgr Ulrich réaffirme le fait que "le féminin exprime autant l’humain que le masculin".  

L'interview de Mgr Laurent Ulrich, archevêque de Lille, interrogé par Benjamin Rosier