Alsace | El Nahda, partenaire du CCFD Carême 2018

14 mars 2018 Par

© Photo RCF Alsace : le Père William Sidhom

Le père jésuite William Sidhom, président de l’association El Nahda au Caire, a parcouru le Haut-Rhin pour aller à la rencontre de différentes réalités locales.

Cette année encore, le CCFD-Terre solidaire a mis en lien des bénévoles et des donateurs pour soutenir 593 projets dans 58 pays grâce à 450 partenaires au cours de la campagne de Carême.

L’équipe du Haut-Rhin a ainsi accueilli le père William Sidhom, prêtre de la Compagnie de Jésus et président de l’ONG Al Nahda.

Cette association implantée au Caire rassemble des intellectuels, des universitaires et des artistes pour œuvrer auprès des populations locales en proposant des activités culturelles.
Le but de l’association : offrir un espace de liberté d’expression au-delà de toute considération confessionnelle.

Nous écoutons le Père William :

00:00

00:00

L’association El Nahda a été fondée en 1998 à partir d’une initiative des pères et frères de la Compagnie de Jésus. Sa vocation : utiliser l’art comme moyen d’agir sur des actes de transformation de la personne en même temps que la société. Le quartier où elle est implantée reste un lieu mythique malgré le saccage qui lui avait fait perdre sa vocation de la culture de l’image (plus de 150 films y avaient été produits). L’accent mis sur l’art dans le travail avec les jeunes s’est développé dans la création d’une école de théâtre, de cinéma et récemment de dessins animés, en plus d’une école centrée sur l’enseignement de la philosophie, l’anthropologie et la sociologie. La pédagogie s’inscrit dans la tradition jésuite qui consiste à travailler à la fois sur l’éducation et sur la culture et certains jeunes deviennent ainsi des professionnels des métiers du cinéma.

Chaque personne œuvrant ou étudiant au sein de l’association El Nahda le fait en tant que citoyen en dehors de toute connotation confessionnelle.

Le Père William a particulièrement à cœur de créer des espaces de convivialité pour que les jeunes puissent mieux se connaitre et se comprendre, afin de « faire corps » pour prendre la relève. Il se soucie d’une formation humaine et spirituelle qui leur permette de dépasser les crises et les tensions confessionnelles, tout en les aidant à vivre leur foi de façon éclairée.