Jean-Eric Branaa : "Biden va attaquer fort sur la gestion de la crise du Covid-19"

Présentée par PR-23562

S'abonner à l'émission

Le Grand Invité

mardi 29 septembre à 8h10

Durée émission : 12 min

Jean-Eric Branaa : "Biden va attaquer fort sur la gestion de la crise du Covid-19"

© Clara Gabillet- Jean-Eric Branaa, spécialiste de la politique américaine, décrypte les enjeux du débat entre le président sortant et le candidat démocrate.

Un premier débat télévisé verra s’affronter Donald Trump et Joe Biden ce soir aux Etats-Unis en vue de l’élection présidentielle de novembre.

Le premier des trois débats télévisés aura lieu ce mardi soir aux Etats-Unis à la Case Western University de Cleveland (Ohio) entre le président sortant Donald Trump et le candidat démocrate Joe Biden. L’affrontement entre ces derniers devrait être assez marquant, alors que Donald Trump est vivement critiqué pour sa gestion de la crise du Covid-19. Jean-Eric Branaa, spécialiste de la politique américaine, revient sur les enjeux de ce débat. 

Le journal du New-York Times a révélé dimanche que le président américain avait payé très peu d’impôts ces dernières années et seulement 750 dollars en 2016 et 2017. Si on connaissait déjà ces chiffres depuis plusieurs années, "c’est évidemment une belle pépite pour Joe Biden. Ce chiffre de 750 dollars est tellement dérisoire et frappe chaque Américain qui a sa feuille d’impôts en tête", explique Jean-Eric Branaa. Se posent aussitôt des questions relatives "à la fraude au fisc, à la tricherie, et au fait qu’il n’est pas si bon que ça dans les affaires", selon le spécialiste.

Invincible Donald Trump ?

Pour autant, Donald Trump semble toujours aussi invincible. Cela s’explique par le fait que le président américain "a fabriqué non pas des électeurs mais des fans", affirme Jean-Eric Branaa.

Mais un événement le dessert toutefois : la gestion de la crise du Covid-19. Alors que de nombreux Américains n’ont pas compris son inaction, "Biden va attaquer fort" assure Jean-Eric Branna. Pour le spécialiste des Etats-Unis, si Donald Trump a bien fait de décréter l’état d’urgence, il n’est pas allé jusqu’au bout. Très vite, il "laisse tomber son costume de président et ses responsabilités et part en campagne. Il recule et les gouverneurs sont obligés d’agir parce que le président a renoncé à sa fonction", analyse Jean-Eric Branaa. 

Une nouvelle juge à la cour suprême 

Donald Trump vient par ailleurs de nommer une nouvelle juge à la Cour suprême, Amy Coney Barrett, après le décès de la progressiste Ruth Bader Ginsburg. Elle est connue pour ses positions religieuses conservatrices. Cela ne devrait pas être sujet à débat selon Jean-Eric Branaa : "la Constitution donne le droit à Trump de nommer un juge. On n’a rien à dire. Il est dans son rôle. L’attaque sur la religion m’étonne beaucoup. On peut se poser la question sur sa philosophie judiciaire. Mais on est formés avec les valeurs qui nous ont été inculquées depuis tout petit".

Vers un vote Biden ?

L’histoire de Joe Biden peut toucher les électeurs. "C’est un homme qui est dans la résilience et cela parle à l’Amérique. Tout le monde connaît les grands drames de sa vie", explique Jean-Eric Branaa. Mais cela peut se révéler insuffisant pour susciter l’adhésion. "La plupart des Américains vont mettre un bulletin non pas pour Biden mais anti-Trump". Le fond du débat ne devrait pas avoir beaucoup de conséquences sur les élections mais cela peut se jouer sur l’événement et l’attitude des deux opposants.

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 8h10

Chaque matin, Simon Marty reçoit une personnalité au cœur de l’actualité nationale ou internationale. Décryptage singulier de notre monde et de ses enjeux, mais aussi découverte d’un parcours, d’un engagement. Au cœur de la grande session d’information du matin, une rencontre quotidienne pour prendre de la hauteur avec bienveillance et pour donner du sens à l’information.  

Le présentateur

Antoine Bellier

Journaliste à RCF depuis 2009, Antoine est passé par Le Mans et La Roche-sur-Yon, avant de rejoindre la rédaction nationale en septembre 2013. Curieux de l’actualité sous toutes ses formes, amateur de cinéma et de littérature, il lui arrive de passer du micro à la plume.