Présidentielle en Argentine, bilan post-Kirchner et perspectives

21 octobre 2015 Par

Les électeurs argentins sont invités à refermer la page du « kirchnerisme ».

En 2003, ils élisaient Nestor Kirchner, puis en 2007 sa femme, Cristina, réélue en 2011. La Constitution lui interdisant, de se présenter à un 3é mandat consécutif,  c’est Daniel Scioli qui a repris le flambeau. Et selon toute vraisemblance, il devrait être élu à la présidence, peut être dés le 1er tour à en croire les derniers sondages.  Si les argentins font le choix de la continuité c’est parce que les 12 années de pouvoir des Kirchener ont profondément changé le pays, notamment sur un plan économique, en dépit de problèmes récurrents de corruption ou d’affairisme.  Avant de nous intéresser aux enjeux et perspectives de cette élection présidentielle argentine, quel est le bilan de Nestor et Cristina Kirchner ?  C’est la question que Christian Vadon a posé à Christophe Ventura, chercheur associé à l’IRIS, auteur du livre : « L’éveil d’un continent. Géopolitique de l’Amérique Latine et des la Caraïbes » aux éditions Armant Colin.