Nicolas Tenzer : "c’est la France toute entière qui est attaquée"

14 novembre 2015 Par

Pour ce philosophe, à la différence de Charlie Hebdo, c’est la France toute entière qui est visée après les attentats de vendredi soir, à Paris.

Le bilan est effroyable. Au moins 127 personnes décédées, plus de 200 blessés, dont près d’une centaine en état grave, après les sept attaques perpétrées à différents endroits de la capitale. Mais pour Nicolas Tenzer, ces attentats ne sont pas comparables à ceux de janvier dernier. "Aujourd’hui c’est la France qui es visée. C’est l’ensemble du peuple français, c’est la nation française. C’est aussi le pays qui combat le terrorisme en Syrie, en Irak et ailleurs."

Revenant sur les attentats de janvier, contre Charlie Hebdo, et contre l’hypermarché casher, Nicolas Tenzer explique que ces précédents actes de terrorisme étaient totalement ciblés. "On savait qui les terroristes voulaient abattre : des journalistes, des juifs, des policiers. Là c’est totalement indistinct" déclare-t-il.

François Hollande a appelé les Français à l’unité. Se pose pourtant la question des élections régionales. "Il est raisonnable de reporter les élections, en même temps c’est un peu céder à la pression des terroristes" estime Nicolas Tenzer. Ce dernier ajoute que néanmoins "tout le monde a l’esprit préoccupé par ce qui vient de se passer".

Pour ce philosophe, maintenir les élections régionales donnerait aux partis politiques l’opportunité "d’exploiter ce qui vient de se passer, d’attiser les peines et les peurs, d’attaquer les autorités publiques. Mais tout ceci n’est vraiment pas sain et pas digne".