Notre-Dame-des-Landes: Emmanuel Macron donnera sa décision en janvier au plus tard

13 décembre 2017 Par

Pressé par les deux camps dans ce dossier, l'Elysée devrait donner sa décisions sur Notre-Dame-des-Landes d'ici janvier, au plus tard.

L'épineux dossier concernant Notre-Dame-des-Landes avance à pas de fourmis. Le rapport des trois médiateurs sera remis mercredi 13 décembre au gouvernement. Ce dernier se basera sur cette étude pour savoir s'il faut ou non construire un aéroport.

Un rapport sur Notre-Dame-des-Landes

Un ancien pilote de ligne, Gérard Feldzer, un ingénieur, Michel Badré, et une préfète, Anne Boquet ont été chargés en juin dernier par le Premier ministre de rédiger un rapport sur le projet d’aéroport du Grand Ouest. Un sujet qui a empoisonné le précédent quinquennat, et qui s’enlise depuis plusieurs années. Un dossier dont a hérité Emmanuel Macron.

On ne connaît pas encore la teneur du rapport des trois médiateurs. Certains éléments ont cependant déjà fuité.  Le rapport préciserait que rénover l’actuel aéroport de Nantes-Atlantique coûterait moins cher que de bâtir Notre-Dame-des-Landes. La restauration de Nantes-Atlantique serait estimée entre 415 et 545 millions d’euros auxquels il faudrait ajouter des indemnités versées à Vinci pour l’abandon du projet. Soit une fourchette située entre 500 millions et 795 millions d’euros.

Rénover Nantes-Atlantique ou construire un nouvel aéroport ?

Pour rappel, le coût de Notre-Dame-des-Landes a été estimé à près d’un milliard d’euros. Cela dit, rénover Nantes-Atlantique, préciserait encore le rapport, reviendrait à fermer la piste de l’installation durant plusieurs mois le temps des travaux. Une absence d’activité qui a, elle aussi, un coût, estimé à 35 millions d’euros.

Enfin, le rapport s’intéresserait à l’impact environnemental du projet de Notre-Dame-des-Landes. Là encore, l’avantage est donné à la rénovation de Nantes-Atlantique. Un chantier dont le bilan carbone serait moins important que celui de la construction de la nouvelle plateforme aéroportuaire. Dans ce cas, la question de la préservation de la faune et de la flore locale serait également tranchée.
 

"Nous espérons l'abandon du projet"

Pour Julien Durand, le porte-parole de l'Association citoyenne intercommunale des populations concernées par le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes (ACIPA), fermement opposée au projet de construction, "c’est la première fois que des réelles études ont été faites sur la possibilité de réaménager Nantes-Atlantique. Cela correspond aussi à ce que nous avons toujours dit. Nous espérons l’abandon du projet, que l’on puisse tourner définitivement la page sur Notre-Dame-des-Landes. La population commence à être extrêmement fatiguée de ce projet qui a été relancé en 2000. Cela fait 17 ans que nous sommes sur la brèche".
 

►Julien Durand, porte-parole de l'ACIPA, au sujet du rapport sur Notre-Dame-des-Landes:

00:00

00:00

Pour Alain Mustière, le président de l'association "Des ailes pour l'Ouest", favorable à Notre-Dame-des-Landes, il faut rester prudent et attendre que l'ensemble des rapports soient pris en compte. "Moi j’attends du gouvernement qu’il prenne maintenant la décision et qu’il nous dise la route qu’il va tracer par rapport à cet aéroport. Il ne va pas le faire uniquement sur ce rapport qui est un élément. Deux autres rapports ont déjà été faits. Il doit aussi tenir compte des 180 décisions de justice, du fait que l’Europe a jugé le projet compatible, et du vote des habitants lors du référendum de juin 2016" lance-t-il notamment.
 

►Alain Mustière, président de l'association "Des ailes pour l'Ouest":

00:00

00:00

De son côté, l’Elysée, sous pression dans ce dossier, a affirmé qu’une décision définitive serait rendue, "au plus tard en janvier".
 

Sur le même thème :