Notre maison brûle !

Présentée par

S'abonner à l'émission

Carte blanche de François Prouteau, président de Fondacio

lundi 16 septembre 2019 à 18h25

Durée émission : 3 min

Carte blanche de François Prouteau, président de Fondacio

« Notre maison brûle et nous regardons ailleurs. La Terre et l’humanité sont en péril et nous en sommes tous responsables ». Ces mots prononcés par le Président Chirac au sommet de la Terre, en septembre 2002, gardent toute leur pertinence aujourd’hui.

Certes, au fil des années, la question climatique et environnementale est devenue la première préoccupation des français. C’est aussi un enjeu majeur de la responsabilité sociétale des entreprises comme le montre le Forum de Giverny qui s’est tenu début septembre. L’enjeu climatique fait aussi l’objet de nombreuses émissions dans les médias et de publications en science, en philosophie et dans le domaine religieux. La perception d’un tel enjeu n’a fait que croître, et pourtant, que faisons-nous pour le climat ? pour l’environnement ?

Regarder ailleurs, considérer que ces maux sont pour les autres ou pour plus tard, cela peut être commode.Pour chacun de nous, il est difficile de changer les habitudes ! Pourtant, à l’heure du bilan de l’été 2019, reconnaissons que, s’il en était besoin, la réalité nous a rattrapés. Plus fortes encore qu’en 2018, les canicules de cet été, dans tout l’hémisphère Nord, nous ont chauffés à blanc. Poussée de fièvre à 42,6° à Paris, jusqu’à 46° dans le Sud de la France, du jamais vu chez nous !

A cette allure, nous entrons à l’échelle planétaire, dans une zone de température élevée et inconnue depuis des dizaines de milliers d’années. Nous vivons, de fait, mondialement, depuis le début des années 1950 environ, une “grande accélération” dans l’évolution des activités humaines (croissance économique et industrielle, consommation de masse, etc.) et de la démographie. De manière connexe, il y a en même temps une “grande accélération” dans les changements du système Terre (production de gaz à effet de serre, effondrement de la biodiversité, dégradation des sols,etc.). Avec cette grande accélération, serait-on entré pour des milliers d’années dans une nouvelle époque géologique, l’anthropocène ? Durant cette époque, l’anthropocène, l’humanité serait la force géologique dominante, celle qui façonne à la fois la vie à la surface de la terre et son système climatique. Cela est en train de provoquer des réactions du système Terre, et possiblement le passage de point de basculement vers de nouveaux états de la vie sur la terre, irréversibles et inconnues, susceptibles de conséquences graves pour nous et plus encore pour les générations futures. Le tableau est loin d’être rose, mais on peut vite l’oublier, se laisser endormir ! 

Il faut se tenir éveiller, nous entrainer à nous tenir éveillés mutuellement ! Les opinions bougent, et les comportements commencent à changer. Il est grand temps, il y a urgence. ¾ des français se disent mobilisés aujourd’hui par les enjeux écologiques et disent avoir changé leur comportement dans ce sens. Le pourcentage monte à 89 % dans la tranche 18-24 ans, en pointe dans les mobilisations sur les questions de réchauffement climatique ». Une enseignante d’Angers me disait vendredi dernier: les élèves m’apprennent à changer mes comportements au quotidien, ils me forment. 

Pour se tenir éveiller humainement et spirituellement, l’encyclique Laudato Si’ paru en 2015 est un document que je ne cesse de relire. Le pape François, pour moi, a une parole et une vision qui éclaire l’avenir et ouvre un chemin d’espérance. Il y a aussi le film de Wim Wenders qui s’en est largement inspiré, Un homme de parole diffusé en 2018. Je viens de revoir ce film, vendredi dernier. Avec Fondacio et les Soeurs Franciscaines de l’Esvière, nous nous sommes réunis à 72 personnes de 25 à 75 ans à l’occasion du lancement d’année : le pape François dans ce film est montré vraiment comme un homme de parole. Ce film nous met face à face, avec nous mêmes, avec les autres, avec “la Soeur Terre” à la grande pauvreté de la “Mère terre”, à sa fragilité. Tout est fragile, la terre et tous les êtres vivants reliés les uns aux autres. Tous les habitants de la terre, ils nous faut les écouter. … et aussi méditer le vivant témoignage vivant du pauvre d’Assise, SaintFrançois, le “saint de la fraternité universelle”. 

Avec les nouvelles qui nous entourent, on le voit, les bonnes et aussi les mauvaises, il est important d’être dans l’objectivité du réel et, en même temps, dans l’espérance. En effet, le risque est de tomber en sinistrose. Comment ne pas être un chrétien déconnecté au réel et connecté dans l’espérance ? Ce qui nous attend de manière renouvelée, c’est une aventure de la foi et de fraternité universelle. Il nous faut réinventer la manière d’être frères, ensemble. 

Les dernières émissions

L'émission

Tous les lundis le président de Fondacio nous partage son expérience et son regard sur l'actualité et sur le monde.

Le présentateur

François Prouteau

François Prouteau est le président du mouvement Fondacio