Nucléaire: François Hollande est favorable au projet d’Hinkley Point

18 mai 2016 Par

Interrogé mardi sur Europe 1, François Hollande s’est déclaré favorable à la construction de l’EPR à Hinkley Point, au Royaume-Uni.

"Je suis favorable à ce que ce chantier puisse se faire, le président d’EDF a demandé aux salariés d’être consultés et il y aura donc une enquête qui sera menée" a déclaré le président de la République, interrogé sur la pertinence de la construction d’un réacteur nucléaire nouvelle génération en Grande-Bretagne.

Le projet d'Hinkley Point dure depuis des mois. Il est de plus vivement contesté par les syndicats d’EDF, qui demande un report du projet de deux ou trois ans, en raison du coût financier estimé trop important à supporter pour le groupe EDF. Un point qui a été révélé après l’avancée des négociations sur le projet.  Un tel chantier pourrait  coûter 28 milliards de livres, soit environ 23 milliards d’euros à EDF.

François Hollande a quant à lui justifié Hinkley Point, estimant qu’il est "très important de faire comprendre que nous avons besoin d’avoir une industrie nucléaire qui soit de haute performance, de haute sûreté en France, et que nous ne pouvons pas laisser non plus à l’exportation, d’autres venir sur des terrains qui jusqu’à présent, pouvaient être français". Une position que semble rejoindre son ministre de l’Economie, Emmanuel Macron, ainsi que l’Autorité de Sûreté Nucléaire.

Des déclarations qui ne devraient pas satisfaire l’aile écologique de sa majorité ni à Ségolène Royal, ministre de l’Ecologie, qui s’est déclaré inquiète à propos des sommes colossales en jeu, rejoignant ainsi les agences de notation Standard and Poor’s, et Moody’s, qui ont toutes deux abaissé la note accordée à l’électricien. Une réaction directe pour manifester leur analyse négative d’un tel projet.