Pakistan: le procès d’Asia Bibi reporté sine die

14 octobre 2016 Par

Le second volet du procès d’Asia Bibi, condamnée pour blasphème en 2010, devait s’ouvrir jeudi. Mais les juges l’ont renvoyé sine die.

Asia Bibi aurait pu être fixée sur son sort aujourd’hui. Mais la justice en a décidé autrement. La Cour suprême pakistanaise devait se réunir jeudi pour le procès en appel de cette mère de famille chrétienne, condamnée à mort pour blasphème en 2010, mais les juges ont décidé de reporter sine die cette audience après le désistement d’un des magistrats.

En effet, l’un des trois juges de la Cour, le magistrat Iqbal Hameed ur Rehman, a renoncé à juger Asia Bibi. Ce qui a provoqué le renvoi automatique du procès, à une date pour l’instant inconnue. Son désistement aura également permis d’atténuer les craintes de violences en marge de ce procès ultra-tendu, qui soulève les passions au Pakistan et plus largement au sein de la communauté internationale.

Le magistrat récalcitrant a expliqué son refus par le fait qu’il avait déjà jugé le meurtrier de Salma Taseer, qui avait été abattu en 2011 en plein Islamabad après avoir pris la défense d’Asia Bibi. L’assassin de ce libéral avait été pendu début 2016, ce qui avait poussé les conservateurs à demander à ce qu’Asia Bibi soit exécutée à son tour. Deux affaires extrêmement liées qui ont finalement poussé ce magistrat à renoncer au jugement de ce jeudi.

Au Pakistan, le climat de ce procès est tel que 3 000 membres des forces de sécurité avaient été déployés dans Islamabad. Le blasphème est une question très sensible au Pakistan, le cas d’Asia Bibi en est l’exemple flagrant. Elle a été condamnée à mort pour une dispute avec une musulmane, au sujet d’un verre d’eau…