A partir d'aujourd'hui, l'humanité vit à crédit

8 août 2016 Par

Chaque année, le jour du dépassement est atteint de plus en plus tôt. En 2016, il survient ce lundi (8 août).

L'humanité à crédit. A partir de ce lundi (8 août), nous avons consommé la totalité des ressources que la planète peut renouveler en un an. C'est en tout cas la conclusion des ONG Global Footprint Network et WWF. Nous commençons donc aujourd'hui et jusqu'au 31 décembre, à entamer des ressources qui ne seront pas renouvelées et à vivre "à crédit". C'est pour cela que l'on appelle cette journée le "jour du dépassement"

Pour l'établir, les ONG prennent en compte l'empreinte carbone, les ressources consommées pour la pêche, l'élevage, les cultures, la construction et l'utilisation d'eau. Elles avancent également que pour subvenir aux besoins de l'humanité, il faudrait en réalité 1,6 planète Terre. D'où cette idée de dépassement.

Ce qui est plus inquiétant, c'est que cette date survient de plus en plus tôt depuis les années 1970. En 1970, c'était le 23 décembre. Depuis, elle n'a pas cessé d'avancer: 3 novembre en 1980, 13 octobre en 1990, 4 octobre en 200, 3 septembre en 2005, 28 août en 2010 et 13 août l'an dernier. 
 

Une surconsommation qui a un coût

Pour les ONG, le coût de cette surconsommation est déjà visible. Pénuries d'eau, désertification, érosion des sols, chute de la productivité et des stocks de poissons, tant de preuves qu'il est impossible de puiser indéfiniment dans les ressources qu'offre la nature. C'est que précisent Global Footprint Network et WWF dans un communiqué, arguant que "vivre à crédit ne peut être que provisoire"

"Si on prend l'exemple d'un stock de poissons, on va commencer à pêcher des poissons de plus en plus petits, et faire diminuer le nombre de poissons disponibles, jusqu'à épuisement du stock d'ici quelques mois ou quelques années", explique Arnaud Gauffier, responsable Agriculture et Alimentation à l'ONG WWF France. Il explique ce que signifie "vivre de nos ressources naturelles à crédit":

Global Footprint Network et WWF ciblent également les émissions de CO2, principal gaz à effet de serre et cause du réchauffement climatique. Selon elles, ces émissions seraient le plus important facteur de dépassement. Elles représenteraient même 60% de notre empreinte écologique globale. Voilà pourquoi la conférence internatioale s'est engagée à réduire ses émissions à la Conférence sur le climat à Paris en décembre dernier. 

D'après les ONG, si les émissions mondiales de CO2 ne diminuent pas, le jour du dépassement pourrait être atteint dès le 28 juin en 2030. 

Sur le même thème :