Pédophilie aux Etats-Unis: pour le père Stéphane Joulain, "il faut trouver des chemins de réparation avec les victimes"

20 août 2018 Par

La publication d’un rapport aux États-Unis dévoile une liste de 300 prêtres accusés de pédophilie, et de plus de 1.000 victimes.

C’est un nouveau scandale pédophilie qui secoue l’Église universelle. Un scandale de grande ampleur. Une enquête réalisée par les services du procureur de Pennsylvanie, publiée le 14 août dernier, révèle l’existence d’abus sexuels perpétrés par plus de 300 prêtres, dont auraient été victimes pas moins de 1.000 enfants.
 

"D'autres révélations dans les années à venir"

Ces abus ont tous été, selon le rapport d’enquête, couverts par l’Église catholique de l’État américain. Aujourd’hui, quasiment tous les cas mis en lumière par l’enquête sont frappés de prescription. Les responsables ne pourront donc pas être poursuivis pénalement. Une affaire qui rappelle celle menée par des journalistes de Boston, et qui a donné naissance au film Spotlight.

"Il faut longtemps pour une victime d’oser la parole, se libérer et dire la souffrance qui est la sienne. Il n’est pas surprenant que cela prenne tant d’années. Et on sait que la violence sexuelle sur les enfants est celle la moins rapportée aux autorités. On peut s’attendre à d’autres révélations dans les années à venir" explique le père Stéphane Joulain, père blanc, psychothérapeute spécialiste de la question de la pédophilie.
 

"La parole des victimes s'est libérée"

Ce dernier évoque une évolution par rapport aux victimes. "La parole des victimes s’est libérée. Les victimes osent la parole et les autres victimes voient cette parole qui se libère et se disent qu’elles pourraient être crues. C’est très important. Je crois qu’avant que l’Église soit disposée à entendre, il y a eu toutes ces victimes qui ont osé la parole, et qui ont libéré la parole des autres" ajoute le psychothérapeute.

"Il faut que ceux qui ont été complices de ces crimes soient amenées devant la justice. Alors bien sûr les évêques qui sont en poste dans les diocèses de Pennsylvanie ne sont probablement pas ceux qui étaient là quand les faits ont été commis, mais ceux qui ont des responsabilités dans la dissimulation de ces faits doivent être amenés devant la justice. Parce qu’à partir du moment où on protège un criminel, on se rend complice de ces crimes" lance le père Joulain.
 

"Le pape a réalisé que des évêques pouvaient mentir"

Pour ce dernier, c’est l’affaire chilienne qui a marqué un vrai tournant dans la prise de conscience de ces horreurs, par les autorités ecclésiales. "Le pape a réalisé que des évêques pouvaient mentir et que l’information qu’il avait eue n’était pas correcte. Il était déjà sensible à ces réalités, mais là il s’est rendu compte qu’il y avait un vrai problème systémique. Ce moment de changement peut aider l’Église à avancer avec les victimes dans un travail de réparation" précise le psychothérapeute.

"Dans sa dernière exhortation apostolique, le pape dit que l’humiliation appelle l’humilité. C’est la seule manière pour l’Église catholique d’être vraiment une Église au service du peuple de Dieu, une Église qui sait marcher humblement. Une fois que l’humiliation est encaissée, et il y a un facteur de honte, le pape nous invite à transformer ça en humilité. L’humilité, Saint Jean Chrysostome la définissait comme la reconnaissance de la vérité. Il faut marcher en vérité. Oui l’Église a failli à sa mission. Oui l’Église est pécheresse. Oui les hommes qui la composent ont abusé d’enfants et de personnes vulnérables. Oui il faut accepter cette dimension de notre institution ecclésiale. Mais il ne faut pas rester le nez dans la poussière. Il faut se demander comment, avec les victimes, on va trouver des chemins de réparation. C’est là où le Seigneur nous attend" conclut le père Stéphane Joulain.

Le père Stéphane Joulain, spécialiste des questions de pédophilie: 

00:00

00:00