Pierre Vermeren: "la trêve n'était qu'une tactique pour mieux lancer l'offensive sur Alep"

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le Grand Invité

mercredi 28 septembre 2016 à 7h50

Durée émission : 15 min

Le Grand Invité

© GEORGES OURFALIAN AFP

En Syrie, après une intense campagne aérienne, meurtrière pour les populations civiles, l'offensive terrestre a débuté à Alep.

Après les bombes, l'offensive terrestre. Les forces syriennes, épaulées par des milices iraniennes, irakiennes et du Hezbollah, ont lancé une attaque au sol, dans le secteur est d'Alep, détenu par la rébellion. 

Une semaine après une trêve censée permettre une reprise des négociations, l’offensive sur Alep s’explique encore assez mal. "Malheureusement il y a lieu de penser que les Occidentaux avaient voulu cette trêve, mais du point de vue russe et syrien, il s’agissait plutôt d’une tactique pour repousser l’offensive avec l’idée et la détermination absolue de reprendre les quartiers d’Alep aux mains de la rébellion" explique Pierre Vermeren.

Si jamais les forces russes et leurs alliés reprenaient Alep, "la totalité des grandes villes du pays seront sous leur contrôle, à l’exception de quelques rares villes situées dans l’Est de la Syrie. Ce serait symboliquement un objectif très fort, qui voudrait dire que le régime a presque repris son pays" ajoute ce spécialiste du monde arabe.

"Pour les Russes, le camp est très clair, il est choisi depuis longtemps. Cette union est extrêmement solide et en dépit de la position diplomatique russe, la Russie roule clairement pour le régime syrien" analyse Pierre Vermeren quant à la position, qui peut parfois paraître ambiguë, de Moscou sur la question syrienne.

De leur côté, les Etats-Unis et la France peuvent difficilement peser. Exprimer une position "à la tribune de l’ONU est une chose, mais les Occidentaux ont de fait abandonné le terrain. Ils font la guerre de manière exclusive contre Daech dans l’Est du pays. Sur le terrain, les Russes sont les seuls acteurs étrangers" précise cet historien.
 

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 8h10

Chaque matin, Stéphanie Gallet reçoit une personnalité au cœur de l’actualité nationale ou internationale. Décryptage singulier de notre monde et de ses enjeux, mais aussi découverte d’un parcours, d’un engagement. Au cœur de la grande session d’information du matin, une rencontre quotidienne pour prendre de la hauteur avec bienveillance et pour donner du sens à l’information.  

Le présentateur

François Ballarin