Elections municipales : qui pour succéder à Marc Vuillemot ?

© Marc Vuillemot, maire de la Seyne-sur-Mer, ne ferme pas la porte à un troisième mandat. Photo TS

L'actuel maire de la Seyne-sur-Mer ne ferme pas la porte à un troisième mandat. Plusieurs prétendants se sont déjà déclarés pour lui succéder.

Elu en 2008 et 2014 ? Marc Vuillemot sera-t-il candidat à sa propre succession ? " Ma seule position publiquement exprimée l’a été en 2008 et renouvelée en 2014. Mon intention est de ne pas m’engager au delà de deux mandats, dans l’hypothèse où je serais élu ", rappel l'actuel maire de la Seyne-sur-Mer. 

00:00

00:00

Sans toutefois fermer définitivement la porte à l'hypothèse d'un troisième mandat consécutif : " Je suis néanmoins à l’écoute de nombre de mes concitoyens, dont certains ne sont pas de ma sensibilité, qui me sollicitent pour que je la reconsidère, estimant que j’incarne une capacité de rassemblement utile à notre commune. L’heure n’est donc pas encore à la décision", poursuit Marc Vuillemot, tout en lançant un appel au rassemblement à gauche"Des discussions sont en cours", assure Thomas Roller mais " pour l'instant, nous n'avons pas d'idée précise de la personne qui pourrait mener cette liste", compète le Premier Secrétaire fédéral du Parti Socialiste dans le Var. Si la gauche ne dévoile pas encore son jeu, plusieurs candidats ont décidé de jouer leur carte à droite. 
Ainsi, Sandra Torres a officialisé sa candidature il y a quelques jours. Conseillère municipale d’opposition et élue à la Région, elle demande l’investiture à son parti. La commission nationale LR devrait se prononcer fin octobre ou début novembre. Malgré cette annonce, Nathalie Bicais confirme qu’elle sera bien candidate. Elle aussi conseillère municipale d’opposition, elle s’engage au côté du centriste Jean-Pierre Colin. Les deux femmes se connaissent bien puisqu’elles étaient sur la même liste il y a cinq ans. Elles espèrent aujourd'hui succéder à François Hérisson, dernier maire de droite. C'était en 1995 sous l'étiquette RPR.
Un maire Rassemblement National, ça ce serait une première. Une première dont rêve Dorian Munoz. S'il venait à l'emporter, le 15 ou 22 mars prochain, il serait, à 27 ans, l'un des plus jeunes maire de France. Mais pas de quoi l'inquiéter : " mon âge n’est pas un problème, David Rachline a été élu à Fréjus à 26 ans ", rappel-t-il dans une interview donné au quotidien Var Matin. 
Le Parti chrétien-démocrate entend lui aussi jouer un rôle dans cette campagne. " On ne présentera pas de liste seul mais on souhaite placer des candidats dans des listes d’union ", indique son représentant départemental.
Enfin, " ni de droite, ni de gauche ", Patrice Bessone est aussi candidat. Gérant d’une auto-école à la Seyne, il se définit " comme un homme de dossiers ", capable de faire bouger les lignes.