Pour François Sureau, la loi antiterroriste est "contraire au principe de liberté"

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le Grand Invité

vendredi 6 octobre 2017 à 8h10

Durée émission : 15 min

Pour François Sureau, la loi antiterroriste est "contraire au principe de liberté"

© 2017 Editions Tallandier, "Essais"

D'après l'avocat et écrivain François Sureau, "sous couvert de lutte contre le terrorisme, le projet de loi sert d'autres fins, contraires au principe de liberté."

La loi antiterroriste adoptée mardi en première lecture à l'Assemblée nationale ne fait pas l’unanimité.  L’écrivain et avocat François Sureau se montre très critique envers la classe politique, car selon lui, l’état d’urgence destiné officiellement à lutter contre le terrorisme, cache une réalité tout autre.

Une imposture civique

"Le  ministre de l'Intérieur n’a jamais été capable de fournir une statistique", remarque François Sureau. Face à ce constat, il soupçonne que, "sous couvert de lutte contre le terrorisme, l’on fasse en réalité la lutte à l’immigration." 
 

"Généraliser les contrôles d’identité est une imposture civique"

L’avocat en veut pour preuve l’extension des zones de contrôle d’identité prévue dans le projet de loi antiterroriste. "Généraliser les contrôles d’identité est une imposture civique, ce qui comporte des conséquences dangereuses : elles vont créer un amalgame entre étranger et terroriste" affirme-t-il.

L’incapacité politique à gérer la situation

"La gauche n’a pas su penser le religieux dans sa radicalité", affirme-t-il. Très critique envers le gouvernement de Hollande, il se montre plus mitigé face à la gestion de l’état d’urgence d'Emmanuel Macron. "L’Etat veut en sortir, mais pas dans de bonnes conditions."

Menace à long-terme

Pour François Sureau, la loi antiterroriste représente une menace pour l'Etat de droit. Il s'inquiète ainsi: "je ne suis pas sûr que les Français se rendent compte que demain, la loi terroriste aujourd'hui convoquée pour chasser les terroristes, peut servir demain à chasser d’autres types de gens".

Le souvenir des assignations à résidence de certains groupes écologiques, a priori sans lien avec le terrorisme islamiste, pendant la COP21 vient appuyer l’affirmation de l’auteur de l'essai Pour la liberté (Ed. Tallandier). "L’expérience montre qu'une législation d’exception, a fortiori une législation répressive, est toujours utilisée tôt ou tard à d'autres fins."

Invités

  • François Sureau, Ecrivain, avocat au Conseil d'Etat et à la Cour de Cassation

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 8h10

Chaque matin, Stéphanie Gallet reçoit une personnalité au cœur de l’actualité nationale ou internationale. Décryptage singulier de notre monde et de ses enjeux, mais aussi découverte d’un parcours, d’un engagement. Au cœur de la grande session d’information du matin, une rencontre quotidienne pour prendre de la hauteur avec bienveillance et pour donner du sens à l’information.  

Le présentateur

Stéphanie Gallet

Journaliste à RCF depuis plus de 16 ans, Stéphanie s’intéresse à tout et tout l'intéresse. Elle aime les gens et voyage sans écouteurs.  Elle a presque tout appris en Bourgogne et garde dans son cœur un petit village du Minervois même si elle porte fièrement les couleurs de la Seine-Saint-Denis.