Pour Mgr Lafont, évêque de Cayenne, le gouvernement doit rencontrer les Guyanais

28 mars 2017 Par

La Guyane vit depuis lundi dans une atmosphère de grève générale illimitée, votée samedi par le principal syndicat de ce territoire d'Outre-Mer d'Amérique du Sud.

Depuis jeudi et l'émergence d'un vaste conflit social, avec plusieurs barrages routiers établis, la Guyane vit au ralenti. Une colère sociale sur fond d'une forte immigration non contrôlée par les pouvoirs publics et d'un chômage très élevé chez les jeunes.
La mission interministérielle arrivée en Guyane ce week-end a été accueillie fraîchement.

"J'ai écrit aux élus pour les alerter"

Pour l'évêque de Cayenne, Mgr Emmanuel Lafont, le gouvernement doit responsabiliser les Guyanais et prendre le temps de les rencontrer. Il revient sur les raisons de la colère, au micro de Benjamin Rosier. "J'ai écrit il y a un mois une lettre à tous les élus, les avertissant que la situation ne pouvait pas rester en l’état. Nous sommes dans une période de croissance démographique énorme, à cause d’une immigration que personne ne contrôle. Et aucun des services de l’Etat ne suit. Ni la santé, ni l’éducation, ni l’infrastructure routière, ni la sécurité des personnes et des biens" explique-t-il notamment, brossant un tableau bien noir de la Guyane.

Il ajoute que "la moitié des jeunes en âge de travailler n’a pas de travail. Ils ne peuvent pas avoir confiance dans cette société qui semble leur dire qu’on n’a pas besoin d’eux. Du coup, ils subviennent à leurs besoins par d’autres moyens, comme le trafic de drogue" et la délinquance.

Bernard Cazeneuve envoie ses ministres

Une mission interministérielle a été lancée pour la Guyane. Elle n’aura pas beaucoup d’effets pour Mgr Lafont. "Les Guyanais n’attendent pas grand-chose de cette mission sinon de préparer une véritable mission ministérielle. D’un autre côté, on sait que le gouvernement ne viendra pas avant d’avoir clarifié les choses ici. Cette mission a pour but d’entendre les revendications, de mettre les élus en ordre de bataille" précise-t-il.

L’évêque de Cayenne rappelle cependant que le gouvernement n’a pas forcément les meilleurs interlocuteurs sur place, pour faire au mieux. Il reconnaît que la population guyanaise a besoin d’effectuer son propre travail sur elle-même. Il admet également que le gouvernement doit être davantage à l’écoute des préoccupations des Guyanais. Message reçu fort et clair par le Premier ministre, puisque Bernard Cazeneuve vient d’annoncer l’envoie d’une délégation ministérielle sur place.