Pourquoi les journalistes français boudent-ils l'Europe?

© 2015 RCF - Iulia Badea Guéritée (VoxEurop.eu), entourée de Laurence Aubron (Euradionantes, à g.) et Marie-Christine Vallet (France Info, à d.)

Compliquée, pas "sexy", l'Union européenne n'intéresse pas les médias français. Diagnostic sévère dressé par neuf journalistes européens lors d'une table-ronde enregistrée par RCF Le Mans.

« Saviez-vous qu'au Mans, l'Union européenne a financé la construction d'une maison de quartier à hauteur de 40%? Moi-même je ne le savais pas avant de venir devant vous aujourd'hui! » Le surprise de Jérôme Lourdais, journaliste à Ouest France, résume l'impression générale : amère. L'Europe ressemble à un océan de mystère pour de nombreux journalistes français. En cette après-midi d'avril, les rayons du soleil percent les baies vitrées de la salle municipale Barbara, dans le quartier des Sablons au Mans. Une centaine d'élèves de plusieurs lycées de la Sarthe assiste à une table-ronde qui réunit neuf journalistes manceaux et parisiens. La Maison de l'Europe les a invités à débattre de la place de l'actualité européenne dans les médias français.

Premier constat unanime : il n'y a pas d'opinion publique européenne. Les Français parlent d'euro, de crise ou de mobilité des étudiants à travers leur prisme national. Marie-Christine Vallet, journaliste à France Info, a pu le constater dans les questions des auditeurs. Henry de Bresson, ancien correspondant du journal Le Monde à Berlin, fait remarquer que l'information sur l'Europe n'a jamais été aussi prolifique, certes, mais que la désaffection des Français est tout aussi grande. Edouard Perrin, auteur d'une enquête télévisée sur l'évasion fiscale dans l'affaire des LuxLeaks, avance une explication : peut-être est-ce parce que les institutions européennes restent opaques pour les citoyens ?

Encore faudrait-il que les médias français fassent leur travail, rétorque Fabrice Pozzoli-Montenay, de l'Association des Journalistes Européens, c'est à dire consacrer plus d'émissions et plus de temps d'antenne à l'actualité du continent. Et le journaliste de s'emporter : « En France, nous avons une chaîne de télévision qui est la plus grande en termes d'audiences de toute l'Europe : c'est TF1. Sachez que cette chaîne est la seule de toute l'Europe à ne pas avoir de correspondant à Bruxelles ! Là, on a vraiment une caractéristique française. »

Alors que faire ? Pour Iulia Badea Guéritée, journaliste à VoxEurop.eu, il faut rendre l'Europe "sexy", raconter son histoire comme on raconte une histoire. Mais Laurence Aubron, directrice d'Euradionantes, n'est pas d'accord. Pour elle, un journaliste doit s'en tenir aux faits.

« Les journalistes forgent-ils une identité européenne ? » demande Luc Foucault-Gini, professeur d'histoire-géographie au lycée Saint-Charles-Sainte-Croix du Mans et animateur du débat. Les invités se trouvent bien incapables de répondre à cette question. Quelle identité européenne ? « C'est certain qu'il faut être fier de son drapeau » avance François Navarro, photoreporter freelance, que ce drapeau soit bleu-blanc-rouge ou étoilé, « mais ce n'est pas le rôle des journalistes de dire aux citoyens ce qu'ils doivent faire. »

Au final, se pose la question d'un journalisme qui dépasse les frontières. Adrien Blanc de RCF Le Mans témoigne : «Aujourd'hui, quand je réalise un reportage dans une commune de la Sarthe, je dois penser aux enjeux nationaux mais aussi européens, car ce reportage pourra se retrouver dans le journal national, qui est aussi diffusé en Belgique, mais aussi dans les podcasts destinés aux francophones du monde entier.»

RCF Le Mans, partenaire de la Maison de l'Europe du Mans et de la Sarthe - Europe Direct, diffusera cette table-ronde en quatre épisodes dans les jours qui précèdent la Journée de l'Europe du 9 mai :

Retrouvez cette série spéciale sur les médias et l'Europe à 8h45, 12h15 et 19h30 sur RCF Le Mans 101.2